Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue

SAINT-DERRIEN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Landivisiau  

La commune de Saint-Derrien (pucenoire.gif (870 octets) Sant-Derc'hen) fait partie du canton de Landivisiau. Saint-Derrien dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Saint-Derrien, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de SAINT-DERRIEN

Saint-Derrien vient de Saint-Derrien.

Saint-Derrien est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plounéventer. Selon la légende, Derrien et son compagnon Néventer auraient évangélisé la région au Vème ou VIème siècle.

La chapelle de Saint-Derrien est d’abord seigneuriale avant de devenir succursale de Plounéventer. Elle dépend de l'évêché de Léon. Saint-Derrien est détaché de Plounéventer en 1845 en tant que paroisse et, en 1884 en tant que commune.

On trouve les appellations suivantes : Sainct Derchan (en 1663), Saint-Erchant (en 1695).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de SAINT-DERRIEN

l'église Saint-Derrien (XVIème siècle), ancienne chapelle du manoir de Keraudy-Bras. Il s'agit d'un édifice en forme de croix, comprenant une nef de trois travées avec bas-côtés, un transept et un choeur : les croisillons et le chevet sont à pans coupés. La chapelle possédait jadis une "roue de fortune". L'édifice est restauré en 1853 (date indiquée sur une plaque de schiste au-dessus de la porte sud), à l'exception du clocher-mur qui date du XVIème siècle. Le retable date du XVIIème siècle. L'église renferme une tribune du XVIème siècle avec les douze Apôtres, un tableau du Rosaire du XVII-XVIIIème siècle, un panneau en bas-relief représentant saint Derrien en cavalier de l'époque de Louis XIV. L'église abrite les statues de saint Derrien, la Vierge-Mère, saint Michel, saint Herbot, saint Eloi, saint Paul Aurélien et un groupe de sainte Anne ;

la croix de Lesvéoc (Haut Moyen Age) ;

la croix de Mespilat (Moyen Age) ;

la croix de Lansolot (Moyen Age) ;

le calvaire du cimetière (1557ou 1577-1891). Saint Derrien est en chevalier monté sur un palefroi et combattant le dragon ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Inisbien (Haut Moyen Age), Keranoël ou Keranouel (Haut Moyen Age), Keraudry (XVIème siècle), Kerlaës (XVIème siècle), Kervent (1867), Quinquis (1901) ;   

la fontaine Saint-Derrien ;

l'ancien château de Keryvon (XVI-XVIIème siècle), aujourd'hui en partie disparu. La porte était surmontée d'un écusson parti de Parscau et de Le Roy. Le mur d'enceinte était flanqué d'une tour carrée et de deux tours rondes percées de meurtrières. Une partie de l'édifice fut construite par Guillaume de Keryvon, sénéchal de Landerneau en 1669 et Françoise Liminic, sa femme. Leurs héritiers vendent la terre de Keryvon à de Parscau du Plessis, chef d'escadre en 1784, père du comte Hervé Louis de Pascau du Plessis, contre-amiral en 1827, mort à Keryvon en 1831 ;

les moulins de Lansolot et de Keraudy ;

A signaler aussi :

le menhir de Tréguerné ;

le rocher de Toul-ar-Serpant. Il s'agit d'après une légende, du repaire du dragon détruit par les deux saint chevaliers : saint Derrien et saint Néventer ;

les vestiges de Tour (XVIème siècle) de Coatlestrémeur-Bras ;

des poids de pierre (XVIIème siècle) à Quinquis-Bras ;

l'ancien manoir de Coatlestremeur ou Coët-Lestremeur, où naquit, semble-t-il, en 1407 Alain de Coëtivy, archevêque d'Avignon, cardinal en 1448, évêque de Dol ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de SAINT-DERRIEN

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.