Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Rosnoënais

ROSNOEN

  Retour page d'accueil        Retour Canton du Faou  

La commune de Rosnoën (pucenoire.gif (870 octets) Roslohen) fait partie du canton de Le Faou. Rosnoën dépend de l'arrondissement de Châteaulin, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Rosnoën, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de ROSNOEN

Rosnoën vient du breton « roz » (colline) et du saint breton Lohen.

Rosnoën est un démembrement de la paroisse primitive de Hanvec. La paroisse de Rosnoën est mentionnée dans le Cartulaire de Landévennec en 1050 dans une donation faite par un dénommé Maeluc Dant Hir à saint Guénolé. Le saint reçoit alors des fermes (cinq fermes situées à Langoat et trois fermes de Castell) et l’île la Dent (appelée encore Térénez). La donation est suivie de la fondation du prieuré de Saint-Pierre-du-Parc, dont le village du Prioldy. Rosnoën englobait autrefois la trève de Saint-Sauveur du Faou et dépendait de l'ancien évêché de Cornouaille. 

On rencontre les appellations suivantes : Plebs Ros Lohen (vers 1050), Roslohen (vers 1330) et Rosnohen (en 1442).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de ROSNOEN

l'église Saint-Audoën (XVI-XVIIème siècle), restaurée au XIXème siècle. Il s'agit d'un édifice comprenant, précédée d'un clocher, une nef de quatre travées avec bas-côtés. Le clocher à une galerie, date du XVIème siècle, ainsi que le confirme l'inscription "Lan 1562 le 31 de May fut fu(n)de P Tanguy Fabrique". Le porche sud, de style classique avec colonnes baguées, date du XVIIIème siècle : il a été édifié sous la direction de Jacques Poulliquen (maître tailleur de pierres) et terminé en 1714. La peinture murale "le Triomphe de la Trinité", oeuvre de Pierre Cann, date de 1677. La clôture des fonts date de la fin du XVIIème siècle. L'église abrite les statues de saint Sébastien, saint Roch, saint Audoen ;

l'ancienne chapelle du Parc, aujourd'hui disparue et déjà en ruines en 1748 ;

le calvaire, situé place de l’église (1648) et restauré en 1893 ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Kergroaz (1870), Pen-ar-Hoat (Moyen Age), la croix du cimetière de Rosnoën (1880) ; 

le manoir de Kerrec-Creis (XV-XVIIIème siècle), propriété de Yvon Omnès (en 1536) , puis de Jeanne de Kerminguy (en 1578) ;

le manoir de Kerrec-Creis (1780), édifié par David de Pengern et son épouse Marie-Joseph Le Gal de La Lande ;

le manoir de Kerlano (1652) ;

le manoir de Toulencoat (1880-1888), édifié par Raoul Boscal de Réals à l’emplacement d’un ancien manoir ayant appartenu à M. de Tnousilly (1536) puis à la famille Le Saulx ;

l’ancienne poudrière de l’île d’Arun (XVIIème siècle) ;

la maison de Treuscoat (1772) ;

l’ancienne maison du passeur (XIXème siècle) ;

A signaler aussi :

un mégalithe, aujourd’hui disparu, mais signalé en 1917 près des Salles ;

le camp retranché du Parc (époque romaine) ;

le pont de Térénez (1952) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de ROSNOEN

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1481 qui s'est tenue à Carhaix les 4 et 5 septembre, revue militaire à laquelle tous les nobles devaient participer munis de l'équipement en rapport avec leur fortune, les nobles suivants de Rosnoën (Rosnohan) étaient présents :

Jehan Omnès, archer en brigandine et pertuisanne ;

Guillaume Martin, archer en brigandine et javeline ;

Jehan du Parc, archer en brigandine, et o luy Guillaume du Cleuziou, archer en brigandine et javeline ;

Peron Kermodiern, représenté par Henry son fils, archer en brigandine et javeline ;

Yvon du Rible, représenté par Jehan Geffroy, archer en brigandine et javeline ;

A la "Montre" de l'Evêché de Cornouailles de l'an 1562 qui s'est tenue à Quimper les 15 et 16 mai, les nobles suivants de Rosnoën (Rosnohan) sont mentionnés :

le sieur du Parc, représenté par Jacques du Parc oncle paternel dudict mineur, dict faire arquebusier à cheval ;

Jehan le Saux, sieur de Coatmoric, présent, dict qu'il est sous l'esdict ;

Le sr. de Trosilit, default ;

Jehan Gahar, sieur de Kerret, représenté par Hervé Nédellec, qui dict estre sous l'esdict ;

Guillaume de Cornouailles, default. Jacques Nedore informe que son bien est en rachapt pour le rapport du procureur de Châteaulin.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.