Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plouzévédéens

PLOUZEVEDE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Plouzévédé  

La commune de Plouzévédé (bzh.gif (80 octets) Gwitevede) est chef lieu de canton. Plouzévédé dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Plouzévédé, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUZEVEDE

Plouzévédé vient du breton "ploe" (paroisse) et de saint Tévédé, disciple de Saint-Paul-Aurélien (VIème siècle).

Plouzévédé est une ancienne paroisse primitive qui englobait autrefois les territoires de Plouzévédé (et sa trève Berven), Tréflaouénan (et sa trève Quéran) et Trézilidé. La présence d'un petit oratoire accolé à l'église de Berven et appelé Le Pénity (du breton " penet-ti " - maison de pénitence) semble être l'indice d'un établissement monastique.

Plouévédé (Ploetevede) est une paroisse dès 1330 (lors du procès de canonisation de Saint-Yves). En effet à cette époque " Robert Daniel, âgé de 39 ans, ... de Plouzévédé, diocèse de Léon " (témoin n° 225) dépose lors de l'enquête sur la vie de Saint Yves. 

Berven, ancienne trève, est aujourd'hui une simple chapelle, dédiée à Notre-Dame, de la paroisse de Plouzévédé. Lors de la révolte du Léon en mars 1793, Berven est l'un des principaux points de ralliement des insurgés. 

La première terre seigneuriale de Plouzévédé était jadis celle de Coëtarmoal, érigée en marquisat en 1576 sous le nom de la Roche en faveur de Troïlus de Mesgouez, capitaine, gouverneur et vice-roi de Terre-Neuve (1577). Plouzévédé dépendait autrefois de l'évêché de Léon.

On trouve les appellations suivantes : Ploetevede (vers 1330), Plebs Tevede (en 1371), Ploetevede (en 1467), Pouezevede (en 1445), Ploezévédé (en 1481).

Note 1 : d'après la tradition, Saint Hervé serait né au hameau de Lanrioul. Un champ porte le nom de Gueredic saint Hervé. On y montre d'ailleurs une pierre sur laquelle il a creusé l'empreinte de ses genoux à force d'y venir prier. 

Note 2 : L'année 1867 a vu la participation de plusieurs soldats pontificaux du canton de Plouzévédé à la victoire du pape Pie IX sur les Garibaldiens : " Aujourd'hui c'est une lettre de Bretagne qui nous fait connaître le départ de quatre zouaves pontificaux fournis par un même canton, le canton de Plouzévédé dans le Finistère. Les quatre nouveaux zouaves sont : M. Louis de Parcevaux, qui est marié et père de quatre enfants en bas-âge ; M. de Kerampuil, neveu du précédent ; M. Gaston de Kermenguy, et son cousin, M. de Coatcourreden. Le même canton de Plouzévédé a fourni un cinquième zouave, M. Quéré, de la commune de Plouvorn, qui est à Rome depuis 1860. M. L. de Parcevaux est le frère de M. Paul de Parcevaux, mort glorieusement sur le champ de bataille de Castelfidardo. Sa femme, qui reste à prier pour lui avec ses quatre petits enfants, se montre digne de lui par son courage et sa résignation " (R. P. Huguet, Victoires de Pie IX sur les Garibaldiens en 1867).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUZEVEDE

l'église Saint-Pierre-et-Saint-Michel (1672 –1762- 1871), édifiée par Jean Nédélec. Elle comprend une nef de quatre travées avec bas-côtés, un transept peu débordant et un choeur à pans coupés. L'ancien édifice avait été reconstruit par l'architecte Prigent de Kermarec en 1655 ; les travaux durèrent quatre ans et furent menés par Jacques Blouin. Les pignons du transept datent de 1762. La tour (avec ses deux chambres de cloches à galeries) est construite de 1655 à 1669 sur les plans de Prigent Kermarec. Les deux bas-côtés ont été élargis en 1871 sur les plans de Rivoalan, architecte à Landerneau. L'intérieur est lambrissé. Le tabernacle date de 1686 : il est l'oeuvre du morlaisien François Lerrel et de son fils Guillaume. L'un des bénitiers porte l'inscription "M. A. Guillerm. R. X. Olier. Y. Treguier. I. Rannou. Fabriques". L'orgue date de 1686. Les fonts baptismaux datent de 1894. Un calice de vermeil date de 1604 et porte l'inscription "A. Yves Partevaux appartient ce calice 1604". Un autre calice date de 1626 et porte l'inscription "Don fait à l'Eglise de Plouzévédé par nobles gentz Mathieu Gillart et Catherine Le Bailli sa fem. 1626". L'église abrite les statues de la Vierge-Mère (provenant de Saint-Irvoal), sainte Marguerite, saint Pierre et saint Paul. Dans un enfeu, à gauche, une pierre tombale indique la date de 1652 et le nom de Guernisac, seigneurs de Kerham. Le portail du cimetière porte la date de 1771 et a été restauré en 1898. On y trouvait jadis aussi un ossuaire : sa porte a été encastrée dans la façade d'une maison du bourg avec l'inscription "Memento Mori. 1644. M. L. Brezel. R." ;

la chapelle Notre-Dame-de-Berven (1573-1576), édifiée par l'atelier de Kerjean (à la suite d'une délibération des paroissiens de Plouzévédé datée du 21 juin 1573) et dénommée primitivement Ilis an Itron Varia an Derven (église Notre-Dame du Chêne). Elle aurait été fondée au VIème siècle par des disciples de Saint Paul Aurélien dont saint Tévédé ou Trévédé. Une autre tradition attribue la cause de la fondation de cette chapelle à la fontaine sacrée de Kermojean-Huella. Elle est en forme de croix-latine, à trois vaisseaux lambrissés. L'édifice comprend une nef avec bas-côtés de quatre travées, un transept et un choeur peu débordant. La nef est séparée des bas-côtés par des colonnes cylindriques sous chapiteaux, avec soubassements moulurés ; ces piliers supportent des arcades en plein cintre. Les entrants de la voûte sont terminés en gueules de dragon. Le clocher possède un beffroi à deux chambres de cloches et deux galeries et date de 1575-1576 : le beffroi est couronné par un dôme amorti par trois lanternons superposés. On lit la date de 1580 sur la longère nord. A l'intérieur, une sablière nord du choeur, porte l'inscription "M. Laurent Brezel R. Y. Gyader e Cleguer Fabriques an lan 1605". On y trouve un arbre de Jessé (XVIème siècle) et un Jubé en bois (1720). Au milieu du transept, on trouve une statue de saint Eloi accompagnée de quatre bas-reliefs. Le chancel de granit, formé de quatorze colonnes cannelées date de 1601. Les vingt-quatre stalles du XVIIème siècle s'adossent au chancel. Le maître-autel en granit du XVIème siècle s'appuie contre un retable de la fin du XVIème siècle ou du début du XVIIème siècle, importé d'Allemagne. L'église abrite les statues de saint Roch, saint Eloi, saint Jean évêque, la sainte Trinité, une sainte avec une épée et une Pietà. A la longère sud de la chapelle de Berven est accolé un petit oratoire appelé le Pénity ;

Nota : La chapelle de Berven n'est guère au delà de 7 ou 8 kilomètres de Plouvorn. Elle est située dans la paroisse de Plouzévédé, sur la grande route de Saint-Pol à Lesneven, qui, sur plusieurs points de son parcours, a toutes les apparences d'une belle ancienne voie romaine, et elle doit l'être, en effet, car c'est bien par là que saint Pol Aurélien a voyagé lorsqu'il est venu du pays de Ploudalmézeau et de Plouguerneau, à la ville qui devait plus tard prendre son nom. L'enceinte ou cimetière qui entoure la chapelle est fermée par une muraille en belles pierres soigneusement appareillées, au pied de laquelle règne un banc de granit sur lequel des générations de pèlerins ont pris leur repos. L'entrée monumentale est formée par un arc de triomphe à trois arcades, séparées par des pilastres doriques d'un côté et des colonnes corinthiennes de l'autre. Un escalier accède à la plate-forme qui n'a plus ou qui n'a jamais eu sa balustrade de couronnement. Le clocher, très élégant et très bien proportionné dans ses formes, est dans le genre de celui de Roscoff, à dômes superposés. Sur la base on lit : Cette chapelle commencée 1567. Au haut de cette base, bien élevée, bien dégagée, règnent une double balustrade saillante et une double chambre des cloches, la dernière accostée aux angles de quatre jolis clochetons. Par dessus monte une série de trois lanternons devenant de plus en plus étroits jusqu'au sommet. A l'intérieur on trouve trois nefs et deux branches de transept. La nef est séparée du chœur par un chancel en pierre composé de colonnes cannelées et d'une porte centrale. Au-devant est un jubé en bois auquel est adapté un crucifix avec Notre-Dame et saint Jean des deux côtés. Quatre panneaux en bas-reliefs retracent les scènes suivantes : L'Ecce-Homo. — Le Portement de la croix. — N.-S. déposé de la croix et mis sur les genoux de sa mère.— La Mise au tombeau. Au-dessous court une petite frise d'une grande élégance. Les clôtures latérales sont formées d'un chancel à colonnettes cannelées en bois, avec soubassement, entablement à frise, corniche et tympans. Les panneaux du soubassement représentent les douze apôtres avec leurs attributs sculptés en bas-reliefs du côté de l'évangile et sur la façade ; et du côté de l'épître, saint François d'Assise et neuf vierges martyres, parmi lesquelles on peut reconnaître à leurs attributs sainte Apolline, sainte Agathe, sainte Catherine et sainte Barbe. Dans les tympans du transept se trouve l'Annonciation, la Sainte Vierge d'un côté, l'ange Gabriel de l'autre. Au-dessus de l'autel du transept nord, la statue en vénération de Notre-Dame de Berven est abritée dans une niche à volets. La Sainte Vierge portant l'Enfant-Jésus sur le bras droit se tient debout sur le croissant de la lune et est entourée d'une gloire rayonnante. A ses pieds sont Abraham et Jessé et des deux côtés, en plus petites dimensions, les rois de Juda formant arbre généalogique. Dans les panneaux des volets, les bas-reliefs suivants : l'Annonciation, la Visitation, la Nativité, l'Ange apparaissant aux bergers, l'Adoration des mages et la Présentation ; puis trois sibylles portant une corne, un berceau et une rose. Les autres statues vénérées sont : la Sainte Trinité, Notre-Dame de Pitié, saint Roch, saint Jean l'évangéliste, saint Éloi, avec quatre épisodes  de sa vie, un saint évêque et une sainte martyre qui n'a d'autre emblème qu'une épée. Les stalles, au nombre de vingt-quatre, sont fort remarquables, surtout par leurs montants de séparations ou accoudoirs, qui sont formés de cariatides ailées, d'un galbe excellent et ayant un peu la physionomie de sphinx (J.-M. Abgrall).

l'oratoire de Pénity (1563), accolé à la chapelle Notre-Dame de Berven. Les boiseries de la muraille portent la date de 1673 et l'inscription "Faict peindre par Jean Le Gac lan 1676". Il contient une statue de Notre-Dame de la Délivrance ;

les anciennes chapelles de Plouzévédé, aujourd'hui détruites ou disparues : la chapelle Saint-Tugdual (située jadis à Cozlen), la chapelle Saint-Laurent (située jadis à Landeboher), la chapelle Saint-Yves et la chapelle de Saint-Irvoal ;

la croix de Bel-Air (Haut Moyen Age) ;

d'autres croix ou vestiges de croix : croix monolithe (Moyen Age), les trois croix de Kerjean (vers 1896, 1896 et Moyen Age), Kernaocher (1892), Kerouez (1896), Kervingant (Moyen Age), Mescanton (fin XIXème siècle), Pen-ar-Valy (1896), la croix de l'église (1920), la croix (vestige) située près du mur d'enclos (XVIème siècle), la croix du cimetière (1900), une croix monolithe (1892), croix-stèle (1881), Poul-ar-Sal (1896) ; 

la fontaine Notre-Dame-de-Berven (XVII-XVIIIème siècle), restaurée en 1936. Notre-Dame de Berven est invoquée pour faire marcher les petits enfants de bonne heure ;

la fontaine Saint-Hervé (XVIIème siècle), située au village de Boullac'h ;

l'arc de triomphe de la chapelle Notre-Dame-de-Berven (1575-1580). Il comporte trois larges arcades en plein cintre sous une plate-forme que soutiennent trois colonnes. Un escalier de pierre conduit à la plate-forme ;

le château de la Motte ou Castel-ar-Vouden. Enceinte carrée de 35 mètres de côté ;

le manoir de Kerham (XVI-XVIIème siècle), ancienne propriété de la famille Guernisac de Kerham. Propriété d'Yvon de Guernisac en 1481. On y voit les armes d'Alexandre de Guernisac accolées à celles de sa femme Jeanne Françoise Crouézé du Mur ;

l'hôtel des Voyageurs (XVIIIème siècle), ancien relais de Poste ;

8 moulins dont le moulin de Band (XVIIème siècle), de Coat-ar-Gars (1800), de Kerham, de Laudra, du Barit, de Tynicol, .. ;

A signaler aussi :

un tumulus, situé sur la limite de Plouvorn

l'ancien château de Coatangars, détruit probablement pendant les guerres de la Ligue. La terre de Coatangars a appartenu jadis à la famille du Chastel ;

l'ancien manoir du Band, ancienne possession de la famille Guernisac ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUZEVEDE

Bouays ou Boys (du), que l'on écrirait plus correctement du Bois, sr. dudit lieu, en Goueznou et de Cozlen, en Plouzévédé. Réformes et montres de 1426 à 1534, dites paroisses, évêché de Léon. Blason : D'or, à deux fasces ondées d'azur, surmontées d'un arbre de même. Fondue, en 1580, dans Le Ny.

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Plouzévédé :

Bois (du), seigneur du dit lieu, paroisse de Gouesnou et de Coslen, paroisse de Plouzévédé. D’or à deux fasces ondées d’azur, surmontées d’un arbre de même. Guillaume se trouve mentionné entre les nobles de Plouzévédé.

Coëtengars (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plouzévédé. De sable à une fasce vivrée d’argent, accompagnée de six besants de même 3, 3. Alain se trouve mentionné entre les nobles de Plouvorn.

Ernaud Salomon se trouve mentionné entre les nobles de Plouzévédé.

Forest (de La), seigneur de Kermengat, paroisse de Plouzévédé. D’azur à la quintefeuille d’or. Henry se trouve mentionné entre les nobles de Plouzévédé.

Héaul (an), seigneur de Kermogan, paroisse de Plouzévédé. Maurice se trouve mentionné entre les nobles de Plounévez-Lochrist, et Bernard se trouve mentionné entre les nobles de Plouzévédé.

Kernec’h (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Plouzévédé. Jean se trouve mentionné entre les nobles de Plouzévédé.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven en 1481, on comptabilise la présence de 15 nobles de Plouzévédé :

Catherine An PARC (20 livres de revenu), remplacée par Philippes Pichon : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon BOUTHOUILLEUR (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan, fils Jehan COËTQUELFEN (12 livres de revenu) : porteur d'un jasaran, comparaît armé d'une vouge ;

Guillaume DU BOYS (63 livres de revenu), malade, remplacé par son fils Jehan : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

ledit Jean DU BOYS (10 livres de revenu), remplacé par Yvon Helgouarch : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Guillaume ESTIENNE (14 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Henry de LA FOREST (41 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan de LA FOREST (14 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon GUERNISAC (65 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Guillaume, fils d'Hervé GUILLAUME, vieil homme : porteur d'une jacque, comparaît armé d'une vouge ;

Martin HAMON (100 sols de revenu), absent ;

Henry de LAUNAY (30 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Henry MEASPAUL (100 sols  de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan TANGUY (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Hervé du TERTRE (15 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven le 25 septembre 1503, plusieurs nobles de Plouzévédé sont mentionnés :

Yvon Tanguy ;        

Jehan du Bois, représenté par son frère Prigent, en brigandine ;

Henry de la Forest. Injonction de s'armer ;

Guillaume Estienne, en brigandine ;

Henry Measpaul. Injonction de s'armer ;

Christophle de la Forest, pour Jehan Keruzeuc. Injonction de salade ;

Christophle Languéoues. Injonction de s'armer ;

Jehan Bouteiller, en brigandine ;

Yvon Coatangars, en brigandine ;

M. Yves de l'Isle, représenté par Guillaume le Goff, en brigandine ;

Bernard Guernisac, pour le mineur Christopfle Guernisac, en brigandine ;

Guillaume an Guern, en brigandine ;

Nicolas Tresmaogon. Injonction de s'armer ;

Henry de Launay, default.

A la « montre » (réunion de tous les hommes d’armes) de l’évêché de Léon reçue à Saint-Renan le 24 août 1557, plusieurs nobles de Plouzévédé (Plouevede) sont mentionnés :

Le sr. du Baud ;

L'héritier de Maître Olivier Guernysac ;

Jehan Boutouillez, sr. de Kernoez ;

Pierre an Hay et Marie de la Forest sa mère.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.