Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Ploumoguérois

PLOUMOGUER

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Saint-Renan  

La commune de Ploumoguer (pucenoire.gif (870 octets) Ploumoger) fait partie du canton de Saint-Renan. Ploumoguer dépend de l'arrondissement de Brest, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Ploumoguer, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUMOGUER

Ploumoguer vient du breton « ploe » (paroisse) et « moguer » (ruines).

Ploumoguer est une ancienne paroisse primitive qui, outre Lamber sa trève (aujourd'hui en Ploumoguer), englobait le territoire de Trébabu. La paroisse de Ploumoguer (parrochia Macoer) est mentionnée pour la première fois au XIème siècle dans la vie de saint Tugdual, qui aurait fondé un ermitage à l’emplacement actuel de Trébabu. La paroisse de Ploumoguer dépendait autrefois de l'ancien évêché de Léon.

En 1798, la commune appartient au canton de Plouzané, puis à celui du Conquet. Ploumoguer comprend deux paroisses autonomes : Ploumoguer et Lamber qui fut commune de 1789 à 1793. Lamber (Lampezre, en 1451 et Lambezre, en 1552), dont le vieux mot breton "lann" est ici associé au nom de l'apôtre Pierre, est une fondation monastique du Haut Moyen Age.

On trouve les appellations suivantes : Plebs Macoer et parrochia Macoer (au XIème siècle), Ploemagoer (en 1324), Ploemoguer (vers 1330) et Guymoguer (en 1572). 

Nota : c'est à la pointe de Kermorvan (pays d'Ac'h), dans l'anse de Pors-Pabu, qu'aurait abordé saint Tugdual, et ses compagnons lorsqu'ils vinrent de Grande-Bretagne en Armorique, au début du VIème siècle. 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUMOGUER

l'église Saint-Pierre-aux-Liens (XI-XVII-XVIIIème siècle), restaurée au XIXème siècle. Il s’agit de l’ancienne église de la paroisse de Lamber. Cette église est mentionnée dans la Vie de saint Paul Aurélien et érigée en succursale en 1842. L'édifice comprend une nef avec bas-côtés de cinq travées et un choeur à pans coupés. Les arcades datent de l'époque romane (XIème siècle) et les murs extérieurs datent du XVIIIème siècle. Le clocher, avec beffroi à double étage de cloches amorti par une courte flèche et seule galerie, est l'ancien clocher de Saint-Sébastien et Saint-Renan réutilisé en 1837 : ce clocher est remonté par Laurent Jézéquel. L'autel date du XVIIIème siècle. La bannière avec Crucifixion date du XVIIIème siècle. Les vitraux modernes, oeuvre de Job Guével de Pont-Aven, datent de 1955. L'église abrite les statues de saint Pierre, saint Sébastien, la Vierge-Mère, saint Jean, saint Alar, saint Herbot, une Pietà et un Crucifix  ;

l'église Saint-Pierre (1753) de la paroisse de Ploumoguer, reconstruite en 1845-1846. L'édifice comprend, précédée d'un clocher, une nef de sept travées avec bas-côtés et un choeur profond avec chevet à pans coupés. Au droit de la quatrième travée, se trouvent deux porches avec bancs : l'un au nord et l'autre au sud. Le clocher de Ploumoguer date de 1753. Le reliquaire de saint Pierre, en argent, date de 1680. Une croix processionnelle en argent date de 1615 et deux autres datent du XVIIIème siècle. L'encensoir en argent date du XVIIème siècle. Les orgues datent de 1947. L'église abrite les statues de saint Pierre, saint Paul, saint Yves et la Vierge-Mère. D'après une tradition, l'église primitive aurait été bâtie sur l'emplacement d'un temple païen, lors de l'introduction du Christianisme en Armorique ;

la chapelle Saint-Méen (XVIème siècle), située à Locméven (en Ploumoguer) et restaurée en 1819 et 1932. Il s'agit d'un petit édifice rectangulaire avec clocheton triangulaire qui porte la date de 1819. Une table d'autel vient de Notre-Dame de Tréhuel. La chapelle abrite les statues de saint Méen, sainte Barbe et la Vierge-Mère. On y allait pour soigner les maladies de la peau ;

l'ancienne chapelle Notre-Dame de Tréhuel, située en Plomoguer. Il s'agit d'une ancienne dépendance de l'abbaye Saint-Mathieu depuis 1451, disparue vers 1940. Elle était de plan rectangulaire et séparée en trois nef par une double arcature. La table d'autel a été offerte en 1954 à l'abbaye de Landévennec ;

l'ancienne chapelle de Kerouzien (1752), située en Ploumoguer. Il s'agit d'un petit édifice rectangulaire avec tribune à laquelle on accède par un escalier extérieur. La chapelle possède un clocheton à dôme et abrite les statues de saint Pierre, sainte Catherine, sainte Marguerite, le Saint-Esprit. Un groupe de sainte Anne avait été transporté au château ou manoir ;

la chapelle Notre-Dame d'Espérance, située dans le cimetière de Ploumoguer. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec abside en cul de four ;

les anciennes chapelles de la paroisse de Plomoguer, aujourd'hui détruites ou disparues : la chapelle Saint-Sébastien (située jadis sur le promontoire de Kermorvan), la chapelle Saint-Servais (mentionnée encore au XVIIème siècle), la chapelle Saint-Claude, la chapelle Saint-Dagon (située jadis près du manoir de Lézéret et mentionnée en 1588), la chapelle de Keranguen, la chapelle de Kervadeza (désaffectée dès 1937-1938), la chapelle de Cohars, la chapelle Notre-Dame du Quenquis, la chapelle de Kerourien, la chapelle Saint-Michel du Pont, la chapelle Saint-Bervas (mentionnée en 1770 à Lanfeust), la chapelle de Guernevez et la chapelle de Kervrouan ;

la chapelle Sainte-Anne (XVI-XVIIème siècle) ;

la croix de l’enclos paroissial (XVIIème siècle), restaurée au XXème siècle ;

la croix de Ty-Guen (XVIIème siècle) ;

la croix de Ploumoguer (XIIIème siècle). Le noeud est du XVIème siècle ;

le calvaire de l'église de Ploumoguer (1865), sculpté par Lapierre, de Brest ;

la croix Croaz-ar-Biz (XVIème siècle), restaurée en 1935 ; 

d'autres croix ou vestiges de croix : la croix de Brenterch (XIXème siècle), la croix de Cosquer (Moyen Age), la croix Croaz-Keryaouenn (Haut Moyen Age), la croix de la Haie (Moyen Age), la croix de Keradédoc (Moyen Age), le socle de croix de Ker-ar-Groas, la croix de Kerarnou (Moyen Age, 1865), la croix de Kerguélen (Moyen Age), la croix de Keroumen (XIXème siècle), la croix de Kerouvien (XVIème siècle), la croix de Kerouzien (XVIème siècle), la croix ou stèle de Kervadéza (1926), la croix de Kervéat (XVème siècle), la croix de Lamber (Moyen Age), la croix de Lamber (XVIème, XIXème siècle), la croix de Lamber (1942), la croix de Lanfeust (1960), la croix de Languériec (XVIème siècle), la croix préchrétienne de Men-ar-Yar, la croix de Ploumoguer ou Croix-de-Tourinque (Moyen Age), la croix de Ploumoguer (XVIème, XXème siècle) ;

le manoir de Cohars (moyen âge et XVI-XVIIème siècle), restauré au XIXème siècle. Propriété de la famille Keroulas puis de la famille Abgrall (au XVIIème et XVIIIème siècle) ;

le manoir de Kerourien (XVème siècle), propriété de la famille Le Drennec (du XVème au XIXème siècle) ;

l'autre manoir de Kerourien (XVIème siècle) ;

le manoir Le Plessis (XVIème siècle), propriété des Kerlec’h (du XVème au XVIIème siècle). Ce manoir possédait autrefois une chapelle, un pigeonnier et un moulin à eau ;

le manoir de Kervadéza (1840) ;

le manoir de Lézéret (XVI-XVIIème siècle), restauré au XIXème siècle ;

le manoir de Pouldu (XVI-XVIIIème siècle) ; 

la fontaine Saint-Pierre (1642), située dans la paroisse de Lamber et restaurée aux XIXème et XXème siècles ;

la fontaine Notre-Dame-de-Tréhuel (XVI-XVIIIème siècle), restaurée au XIXème siècle. L'eau passait pour guérir la gale ;

l'ancienne fontaine de Lézéret. L'eau de cette fontaine était considérée comme un remède contre la coqueluche ;

la ferme de Messouflin (1893) ;

la maison du commerce (XVII-XVIIIème siècle) ;

la maison de l'Hostellerie (XVIème siècle), restaurée au XXème siècle ;

A signaler aussi :

un four à soude (XIXème siècle) ;

des vestiges romains ;

l'ancien phare de Kermorvan (1849), tour carrée de 22 mètres de hauteur ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUMOGUER

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Lamber (aujourd'hui en Ploumoguer).

Bois (du), seigneur de Keranaouët, paroisse de Lamber. D’argent au rameau de palmier de sinople, accomp. de trois quintefeuilles de gueules. Jean se trouve mentionné entre les nobles de Lamber.

Droulin Jean, se trouve mentionné entre les nobles de Lamber.

Mescouëz ou Mesgouëz (du), seigneur dudit lieu, paroisse de Lamber. D’or au chevron d’azur accompagné de trois trèfles de gueules. Bernard qui se trouve mentionné comme écuyer dans une montre de 1378 (Histoire de du Guesclin, p. 391) semble être de ceux-ci ; Jean se trouve mentionné entre les nobles de Lamber.

Sané. De sable au lion d’argent accompagné de trois coquilles de même. Yvon se trouve mentionné entre les nobles de Lamber.

Lors de la Réformation de l'évêché de Léon en 1443, plusieurs familles nobles sont mentionnées à Ploumoguer :

Déan (an) [ou Doyen (Le)]. Bernard se trouve mentionné entre les nobles de Ploumoguer.

Drénec (du), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploumoguer. D’azur au barbeau d’argent posé en pal. Bernard se trouve mentionné entre les nobles de Ploumoguer.

Kerbescat (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploumoguer. D’or au lion morné de sable chargé d’une cotice de gueules. Tugdual se trouve mentionné entre les nobles de Ploumoguer.

Kermélégan (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploumoguer. Bernard et Jean se trouvent mentionnés entre les nobles de Ploumoguer.

Lancelin (de), seigneur dudit lieu, paroisse de Ploumoguer. D’argent à une quintefeuille de gueules. Denis se trouve mentionné entre les nobles de Ploumoguer et de Lamber.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven en 1481, on comptabilise la présence de 35 nobles de Ploumoguer-Trébabu :

Jehan CAJAN (60 sols de revenu): absent ;

Jehan le DISMOYNE (7 livres de revenu), malade, remplacé par son fils Mahé : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Jehan DROULIN (60 sols de revenu) : porteur d'une jacques, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan DU BOYS (10 livres de revenu), malade, remplacé par son fils Prigent : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

ledit Prigent du BOYS (40 sols de revenu) ;

Yvon le DOUGOT (100 sols de revenu) : porteur d'un corset, comparaît armé d'une vouge ;

Antoine HOARIEUC (60 sols de revenu), malade, remplacé par son fils Nouel : porteur d'une brigandine ;

Jehan HOUSSE (12 livres de revenu), remplacé par son fils Henry : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Jehan de KERLECH (25 livres et 10 sols de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Marie KERASQUER (8 livres de revenu), remplacée par Jehan Heubout : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Hervé KERBESCAT (50 livres de revenu), malade, remplacé par Yvon Ploediner : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Guyon KERASQUER (8 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Even KERCOLLEAU (100 sols de revenu), remplacé par son fils Jehan : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon KERDIGUAN (4 livres de revenu) : porteur d'un corset, comparaît armé d'une vouge ;

Yvon KERDIGOUAN (60 sols de revenu) : absent ;

Yvon KERMORVAN (60 livres de revenu), malade, remplacé par son fils Tanguy : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Tanguy KERMORVAN ;

Sainct KERPERENES (60 sols de revenu) : absent ;

Yvon advoué KERMORVAN (60 sols de revenu), malade, remplacé par son fils Allain : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan, fils Jehan L'ABBE (7 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Ollivier LANCYLIN (40 sols de revenu) : absent ;

Jehan LANCYLIN (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une javeline ;

Guyon advoué LE VEYER (60 sols de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan le MEASGOEZ, mineur (53 livres de revenu), remplacé par Nicolas Poder : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Jehanne MEASGOEZ (15 livres de revenu), remplacée par Jehan Kerbezcat : porteur d'une jusaran, comparaît armé d'une vouge ;

François MEASSOUFFLEN, pour son père Even malade (8 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Richard MOL (30 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Bernard MOL, pour son père Jehan, malade (12 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

ledit Bernard MOL (10 livres de revenu) ;

Marguerite An NORMANT (18 livres de revenu), remplacée par son fils Yvon : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une vouge ;

Jehan PORTZMOGUER (105 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Bernard ROLLAND (25 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Yvon ROLLAND (15 livres de revenu) : porteur d'une jusaran et d'une brigandine ;

Laurens, fils de Jehan SAINCT, mineur (32 livres de revenu), remplacé par Briend Richart  : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

Jehan TRESNIA (8 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et d'une jusaran ;

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de l'évêché de Léon reçue à Lesneven le 25 septembre 1503, plusieurs nobles de Ploumoguer et Trébabu (jadis annexée à Ploumoguer) sont mentionnés :

Jehan Kerlec, en habillement d'archer. Enjoint paige ;

Yvon le Dreannec, représenté par Bernard son fils, bien accoustré et enjoinct mettre homme pour ledict fils ;

François Kermorvan, en brigandine, à deux chevaux ;

Marguerite Calvez, représentée par Guillaume Porzmoguer son fils, en habillement d'archer ;

François Meassouflem, en habillement de vougier ;

Yvon Heussaf, sergent ;

Tanguy Kermorvan, en habillement d'archer. Enjoinct paige ;

Guion, avoué Kerasquer, default ;

Jehan Kerdignan, en brigandine ;

Robert le Douget, default ;

Jehan Kercolleau, représenté par Jehan Kermenou, en brigandine ;

Even le Deaugueur, default ;

Jehan Mestryvez, représenté par Yvon Penguern. Injonction d'habillement ;

Bernard Rolland, représenté par Yvon Alancou, en habillement d'archer ;

Guillaume Malkichon, en habillement d'archer ;

François du Com, représenté par Alain le Briz, en habillement d'archer ;

Jehan Tuonlin, en habillement de vougier ;

Robert Maistryvez. Injonction d'habillement ;

Olivier Lancelin. Injonction de s'habiller ;

François an Lanigou, en brigandine et javeline ;

Perric Kersaintgilly. Injonction d'avoir cheval ;

Tanguy Lescoat, représenté par Jehan son fils, en habillement d'archer.

A la « montre » (réunion de tous les hommes d’armes) de l’évêché de Léon reçue à Saint-Renan le 24 août 1557, plusieurs nobles de Ploumoguer (Plœmoguer) sont mentionnés :

Hervé Portzmogner, sr. dudit lieu ;

Goulhen Lancelin, sr. de Coetgartz ;

Arnault Meastruz, sr. de Pouldu ;

Le mineur de Keranguen ;

Bernard Portzmoguer ;

Robert Kersangily ;

Olivier Coetnempren ;

Christofle Kergolleau ;

Guillaume Kerannou ;

François Kersulguen ;

François Bernard, tenant fief noble.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.