Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Plouganistes

PLOUGASNOU

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Lanmeur  

La commune de Plougasnou (bzh.gif (80 octets) Plouganoù) fait partie du canton de Lanmeur. Plougasnou dépend de l'arrondissement de Morlaix, du département du Finistère (Bretagne - Trégor). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de PLOUGASNOU

Plougasnou vient du breton « ploe » (paroisse) et de Cathou ou de Saint Caznou (un saint breton).

Plougasnou, ancienne paroisse primitive, est fondée vers le VIème siècle par Saint Primel et Saint Mériadec. L'évêché de Tréguier, créé au Xème siècle, se compose de deux archidiaconés. La paroisse de Plougasnou appartient à celui du " Pou Castel " et a pour trève Saint-Jean-du-Doigt.

Ville de Plougasnou (Bretagne).

Du point de vue de l'organisation féodale, Plougasnou appartient à la châtellenie de Morlaix-Lanmeur, rattachée entre 1035 et 1179 au comté de Léon, puis confisquée par le duc et intégrée au domaine ducale.

Ville de Plougasnou (Bretagne).

Le territoire de Plougasnou est, en 1039-1040, donné par la comtesse Berthe, épouse du duc Alain III et mère de Conan, à l'abbaye de Saint-Georges de Rennes, qui y établit un prieuré. Voici ce que dit le Cartulaire de Saint-Georges : " Anno 1040. De Ploicathnou [Note : var : « Ploganou » (XVème siècle)]. Mundi terminum propinquare prenunciata ad nos a domino signa multiplici frequentia dederant (sic). Surgit enim queque gens contra gentem, et regnum adversus regnum, et terre motus magni fiunt per loca. Unde ego Berta dono Dei tocius Britannie comitissa, et filius meus Conanus hiis signis territi et precipue de obitu dulcissimi senioris mei Alani [Note : Alain III mourut le 1er octobre 1039 (1040, N.-S.), à Westmoutier, en Normandie], videlicet celeberrimi consulis, hujus filii mei Conani patris, pridie nobis nunciato corde tenus sauciati, acquiescentes evangelico precepto ubi dicitur : Facite vobis amicos de mammona iniquitatis, ut cum defeceritis, recipiant vos in eterna tabernacula, — donamus Sancto Georgio et sanctimonialibus ibi Deo servientibus, pro anima supradicti senioris mei Alani nuper defuncti et nostris animabus, mea scilicet et filii mei Conani, et omnium antecessorum sive successorum nostrorum, in elemosinam sempiternam parrochiam que est in pago Leonensi, que vocatur Ploicatbno, totam ex integro, cum pratis et silvis, cultis et incultis, aquis aquarumve decursibus, sicut a nobis hactenus noscitur fuisse possessa, ita ut ab hac die in sempiternum eam habeant et possideant, et ad victum vel vestitum sanctimonialium sive ornatum monasterii Sancti Georgii quicquid ex ea trahere potuerint proficiat ; nullo unquam nostrorum sive aliorum ab eis exigente neque debitum, neque servitium preter orationes et beneficia spiritualia [Note : Exemption de péages. (Note du XVIème siècle)]. Si quis autem hanc elemosinam a supradicto loco Sancti Georgii vel a substantacione sanctimonialium quoquo modo subtraxerit, vel alienaverit, perpetuo feriatur anathemate. Fecimus hanc donationem coram istis testibus : Conano consule, Salomone episcopo [Note : Salomon, évêque de Léon] existentibus ; Eudo comes testis ; Juthaelus archiepiscopus testis ; [Alanus filius Ewanni testis ; Costulinus de Dinam testis ;] [Note : les noms entre crochets sont ajoutés dans la copie du XVème siècle] Robertus filius Guihenoci testis ; Aldroenus capellanus testis ; Herveus crassa vacca, testis ; Aldroenus filius Holedri. Item post annum vicesimum secundum [anno 1061] hujus prime donationis, quia voluit nos Deus superstites esse, roboravimus, ego Berta videlicet, et filius meus Conanus, cum consilio et auctoritate eorum qui subter annexi sunt, priorem donationem plebis que vocatur Pluicathno, et ore confirmantes manu tetigimus hujus donationis curtam, tangendam que his nostris fidelibus et amicis tradidimus. Ego Berta et filius meus Conanus, ore confirmamus et manu tetigimus. Silvester testis. Budic filius vicecomitis [testis] ; Poncius filius Aldroni testis ; Giron filius Ansquetil testis ; Gauterius de Acciniaco testis ; Clumarhuc testis ; Robertus Pirot testis ; Ricaladrus testis ; Hidroc testis ; Alanus sacerdos testis ; Fulcherius filius Rivalloni Landavrensis, testis ; Gaufridus filius vicecomitis ; Gauterius filius Hailogoni testis ; Herveus ejusdem Gauterii filius ; Guegonus bastardus ; Doniou filius Gurvredi testis. + Signum Berte. — + Signum Conani comitis ".

Ville de Plougasnou (Bretagne).

Un aveu de l’abbaye Saint-Georges rendu au Roi en 1665 par Magdelaine de la Fayette, abbesse de Saint-Georges nous donne des informations plus précises sur cette possession : « Outre, ont les dictes dames et leur apartient, en la parroisse de Plougasnou, près Morlaix, un fief et jurisdiction ayant droit de haulte, basse et moienne justice, s’estendant en la dicte parroisse de Plougasnou et Sainct Jean du Doigt, apellé le fief de Sainct George en Plougasnou ; en laquelle jurisdiction elles ont office de seneschal, alloué, lieutenant, procureur d’office et greffier, notaires et sergents et exercice ordinaire d’icelle, en l’estendue de laquelle les dictes dames ont droictz de ventes et loddes, espaves, gallois, deshérances, successions de bastards, droictz de débris sur la mer en l’endroit du dict fief, tout ainsy qu’a apartenu aux ducs et princes de ce pays qui ont donné les dicts fiefs et apartenances d’icelui à la dicte abbaye pour partie de la dottation d’icelle ; soubs laquelle jurisdiction elles ont et leur apartient l’emplacement d’un moulin à eau duquel jouist le sieur de Kerliviou par engage, et en paie chacun an dix huict livres ; soubs l’estendue duquel fief et jurisdiction elles ont plusieurs hommes et vassaux qui doibvent rentes, rachapts et autres debvoirs seigneuriaux, et droict de pesche prohibitif dans la mer, aux environs du fief et terre de Plougasnou. Soubz laquelle jurisdiction y a un prieuré en tiltre appelé le prieuré de Plougasnou, qui a toujours esté possédé par une religieuse d’icelle abbaye et qui est un membre dépendant d’icelle ».

Ville de Plougasnou (Bretagne).

En 1035, le duc Alain III, en récompense des services que lui avait prêtés le vicomte de Léon, lui donne la châtellenie de Morlaix-Lanmeur (qui comprenait alors Plougasnou). Mais en 1179, le roi d'Angleterre Henri II, enlève le fief à son adversaire, Guyomar'ch de Léon, et le fait réintégrer dans le comté de Tréguier.

La paroisse de Plougasnou est mentionnée lors de l'enquête pour la canonisation de Saint-Yves (vers 1330). En effet, à cette époque  " Geoffroy de l'Ile, paroissien de Plougasnou, diocèse de Tréguier, âgé de 78 ans " (témoin n° 13) dépose lors de l'enquête sur la vie de Saint Yves.

Ville de Plougasnou (Bretagne).

En raison d'une alliance, les seigneuries de Guicaznou et Bodister passent, au XIIIème siècle, à la Maison de Dinan. Françoise de Dinan, fille de Jacques de Dinan, épouse en seconde noce Guy de Laval. Des Laval, la terre de Guicaznou et Bodister passe à Philipette de Montespédon, femme de Charles de Bourbon, prince de la Roche-sur-Yon. A partir de 1574, le fief devient la propriété de la famille de Scépeaux, puis de la famille Gondi qui vend le fief en 1638 à Vincent du Parc, seigneur de Locmaria et de Guerrand.

Ville de Plougasnou (Bretagne).

En 1427, la paroisse de Plougasnou se divise entre le fief de Montafilant et le fief du duc (territoire du Ponthou et de l'abbesse de Saint-Georges de Rennes).  Vers 1543, la paroisse de Plougasnou compte 16 frairies : Guicaznou, Trégastel, Tréménec, Kermofézen, Perros, Térennez, Kerbabu, Kermadeza, Kersaint, Kerdenoy, Kermouster, Mériadec, Kervron, Donnant, Quenquizou, Tréhenvel. Les cinq dernières composent depuis 1790, la commune de Saint-Jean-du-Doigt. En 1586, le roi crée deux foires par an et un marché par semaine au bourg de Plougasnou.

Plougasnou n'a pas souffert les premières années de la Ligue, mais en 1592, le sieur de Goezbriand s'étant rallié à la cause de Mercoeur, reçoit de ce dernier le commandement du château de Primel. Redevenu royaliste en 1595, il continue d'occuper Primel, mais le château de Primel est pris par le ligueur Guy Eder de La Fontenelle et ses partisans, aidés d'une troupe d'Espagnols, en mai 1596 ; et ceux-ci y restent jusqu'en 1598 malgré les efforts de Boiséon.

La formation de la municipalité de Plougasnou a lieu les 25, 26 janvier, 1er et 2 février 1790 dans la chapelle de Sainte-Catherine. La paroisse de Plougasnou qui dépendait jadis de l'évêché de Tréguier, est rattachée à Quimper et au département du Finistère en 1790, ainsi que toute l'ancienne châtellenie de Morlaix-Lanmeur. Certains lieux-dits tels que "hameau de l'Abesse", "hameau de Saint-Georges" semblent confirmer la présence jadis de l'abbaye de Saint-Georges de Rennes. On signale aussi une léproserie ou caquinerie à Kerallan.

On rencontre les appellations suivantes : Ploicatno, Ploicathno, Ploigathnou (en 1040), Plegano (en 1163), Ploegaznou (en 1257 et vers 1330, 1371), Guicaznou (en 1419).

Ville de Plougasnou (Bretagne).

Note 1 : un premier prieuré aurait été bâti du temps de Saint-Samson. L'église paroissiale conserve 3 arcades pleins. L'église Saint-Envel du XVIème siècle est un ancien prieuré-cure de l'abbaye de Saint-Jacut, cité dans la Bulle papale de 1163.

Note 2 : Le premier document est de 1574, et le second de 1652. —  En l'an 1039, la Duchesse Berthe, veuve d'Alain III, avait donné la prévôté de la paroisse de Plougasnou à l'Abbaye de Saint-Georges de Rennes, si riche et si opulente, et qui tenait de plus, la paroisse de Saint-Pierre-Saint-Georges et celle de Grehaigue. La famille de la Fayette a donné une Abbesse à Saint-Georges de Rennes, et une Prieure à Saint-Georges de Plougasnou. Au vu de la pièce présentée ici, il serait difficile de ne pas admettre que, de temps immémorial, la chapelle Saint-Georges servait de local aux petites écoles existant dans la paroisse, depuis longtemps, déjà en 1574 !. Le dimanche 26 septembre 1574, à l'issue de la grand'messe, après avoir ouï les saints offices, le corps politique s'assemble pour délibérer. Scrupuleusement on énumère les prêtres présents de la dite paroisse, puis « les nobles gentz » puis « les gens partables ». Les nobles gens devaient avoir une représentation considérable de leur Etat, puisque les derniers éditeurs d'Ogée citent plus de 70 maisons nobles à Plougasnou, en protestant ne citer « que les principales ». Le corps politique « faisant la plus saine et maire voix desdits paroissiens », dès le début de la délibération, dépose une affirmation de principes, qui fait honneur à sa judiciaire et à son sens pratique : « Les deniers employés à l'entretenement de l'Escole en lad. paroisse ne sçavoir estre mys ne employés en usage plus louable, vertueux et nécessaire à la republique ». De gens qui raisonnent si bien, on ne peut suspecter le bon vouloir, mais, pour arriver à l'exécution, leur bonne volonté est entravée par une difficulté : une malheureuse question d'argent : « Les deniers que l'on peut esliger des Escholiers ne sont suffisant pour y entretenir Maistre ». Le besoin était pressant, urgent, hors de discussion ; pour y parer, les paroissiens de Plougasnou dirent peu et firent mieux, comme l'acte lui-même le démontre. « D'un commun consentement, il est décidé qu'il fut payé à M. Sébastien Lucas, demeurent à présent à Guimaëc, présent audit prosne, stipulant et acceptant pour tenir ladite Escole et instruire la jeunesse és bonnes lettres et moeurs, en la chapelle de Saint-Georges, lieu accoutumé de ce faire, en lad. paroisse, la somme de vingt escus pistoletz ». Notre document fournit un détail précis sur la durée de l'année scolaire : dix mois, des premiers jours d'octobre au 20 juillet : « Ladicte Escole doit commencer le mardi suivant en huitt jours (5 octobre) et continuer jusqu'à la foire de Sainte-Marguerite de Pontmenou prochain et suyvant ». Cette date fixée pour la clôture des classes à Plougasnou, appelle notre attention sur une particularité du calendrier, dans ce pays. Pont-Menou (ou Pont de Saint-Menou) est un gros village situé sur le Douron qui sépare le Finistère des Côtes-du-Nord (aujourd'hui Côtes-d'Amor). La foire de Sainte-Marguerite a toujours eu une telle importance que les vieux Trégorois nomment le mois de juillet, en langage breton, Mis Foar Pont Menou : le mois de la foire de Pont-Menou, de même qu'ils appellent le mois de juin, « Mis Gouel Yan », le mois de la fête de Saint-Jean, en l'honneur de Saint-Jean du Doigt. Le corps politique constitue les émoluments et précise les échéances de paiement à faire à M. Lucas. « Pour valoir lesdits vingt escus, est ordonné par lesd. paroissiens à François Geffroy et Jehan Clech a presant Gouverneur de la chapelle de Saint-Jehan Tuonmeriadec payer aud. M. Lucas la somme de 20 l. monn., dans le commencement et entrée en lad. charge ; et le surplus et résidu desd. vingt escus luy sera payé par les subséquens gouverneurs d'icelle chapelle de Saint-Jehan, au finissement de ceste Escole ». Voilà donc établi le traitement fixe à prendre sur les revenus de Saint-Jean ; il restait à décider ce qui se devait faire pour l'éventuel ou la rétribution exigible par le Maître : c'est un point que nos délibérants de Plougasnou, gens prudents, avisés et prévoyants, s'attachent à décider. Ils n'ignoraient pas que l'on trouvait souvent des maîtres peu scrupuleux, exploitant les familles, spéculant sur les riches et repoussant les pauvres. Pour prévenir ces abus, le corps politique déclare que le Maître, « Néant-moins (outre) lesd. 20 escus prendra des Escoliers par chacun mois durant sa charge, sçavoir : De chacun des partistes 2 sols Tournois, et des abécédaires, choristes, donatistes et rudimentaires, un soult tournois, - sans en ce comprendre les autres debvoirs scolastiques ». La supériorité de la rétribution payée par les Partistes, indique aussi la supériorité relative de cette catégorie d'écoliers sur les autres ; en effet, il semble qu'ils devaient être les plus avancés de l'école : à eux le Maître révélait les secrets de la partition, ancien nom de cet exercice que nous appelons aujourd'hui tout simplement l'analyse grammaticale. On le voit ainsi dans le précieux dictionnaire de Trévoux (T. V. P. 218) : « En grammaire on appelle parties d'oraison tous les mots qui rentrent dans la composition d'un discours : en  termes de grammaire, faire les parties d'un discours, pour marquer si un mot est un nom ou un verbe ou autre chose de cette nature ». Les Donatistes, ne pas confondre avec les hérétiques de ce nom, étaient les élèves mis sur la grammaire de Donat, grammairien, né en 333 après J.-C., qui a traité ex-professo des huit parties du discours à l'usage des commençants. Il fut le précepteur de saint Jérôme : ce qui n'est pas d'une petite gloire. On dit plus tard Donatiste, comme on eût pu dire dans la suite des temps, « Un Noël-Chapsalien », pour un disciple de Noël et Chapsal. Outre la rétribution scolaire taxée à deux degrés, on voit que le maître d'école de Plougasnou avait le bénéfice des « debvoirs scolastiques, » c'est-à-dire des fournitures de classes, telles que plumes, encre, papiers, etc. A la fin de cet acte si court dans sa teneur et que j'ai rendu si prolixe avec la prétention de l'analyser, nous retrouvons avec une sympathie profonde, comme conclusion, cette belle et sainte recommandation, ce solennel avertissement au titulaire de la petite école de Plougasnou : « Bien est dict qu'il respectera les notoirement pauvres et indigens des quels il ne prendra aulcun salaire ». — La pièce l'archive que je vais résumer ensuite, n'est pour les conditions et les termes, qu'un rappel de l'acte de l'an 1574 : ce qui fait son intérêt, c'est qu'elle nous fournit un renseignement sur le recrutement du corps enseignant. Le 3 novembre 1652, « au prosne de la grand'messe, vénérable Messire Pierre Guéguen, curé de Plougasnou, remontra de la part de noble et discrept Messire Michel Tépault, sieur de Rumilin, chasnouaine de Treguer, grand pénitantier de Mgr l'Esvêque de ce diocèse et Recteur de lad. paroisse, que désirant toujours l'utillité et profits tant des petits et grands dicelle, il auroit prins la paine de prier M. Thomas Barazer pour tenir lad. escole et instruire la jeunaisse l'année courante en la chapelle de Saint-Georges, lieu accoutumé, etc... ». Mais outre l'examen préalable, ce M. Thomas qui prend la lourde charge de régent d'école, présentait-il quelques références. Le curé n'hésite pas à répondre à son avantage, « le présentant homme de bonne vie et moeur, et versé aux études et Lettres jusques avoir faict son cours en la filosoffie ». Ce brevet était bien flatteur pour celui qui le recevait, mais rassurant aussi pour ceux qui avaient à l'enregistrer. Il s'était trouvé aux prises avec des traités bien épineux ; non pas avec ces manuels débonnaires où on se contente d'enseigner que l'or est un vil métal, qu'il faut se défier des vils flatteurs, mais bien avec ces gros livres latins où il avait puisé une connaissance quelconque de la dialectique, de la logique, la cosmologie, etc. C'était une bonne fortune pour la paroisse de Plougasnou, habituée, peut-être, à être toujours aussi heureuse, et par là, à être exigeante sur les qualités de ses maîtres d'écoles (A. Favé).

Note 3 : Liste non exhaustive des recteurs de PLOUGASNOU : Jean le Court, jusqu’en 1697. - Hervé de Coatandoz (1697-1707), du diocèse de Léon. - Noble Jean Michel, décédé en 1707, licencié. - Noble Jean-Olivier du Garspern (1707-1741), du diocèse de Quimper. - Le Sequin (1741-1742). - François Morvan (1780-1790), etc...

Ville de Plougasnou (Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de PLOUGASNOU

l'église Saint-Pierre (XV-XVIIème siècle), agrandie au XVIème siècle et au XVIIème siècle. Il s'agit d'un édifice de plan irrégulier. Il comprend une nef avec bas-côté nord de quatre travées dont la dernière clef plus haute, et bas-côté sud de cinq travées ; puis un choeur de quatre travées avec bas-côtés. Trois arcades romanes du XIème siècle, séparent le bas-côté de la nef. Le choeur de l'église remonte au XVème siècle. L'église a subi de nombreuses restaurations à partir de 1679 : toute l'aile gauche et le haut de l'aile droite ont été refaites. La reconstruction du porche méridional (porche d'entrée) date de 1616-1619 (il porte la date de 1616) : il est encadré de deux contreforts munis chacun d'une loge à statues, et surmonté de trois clochetons. Au milieu du fronton du porche méridional apparaissent un cadran solaire et une niche dans laquelle figure la statue de Saint-Pierre, patron de la paroisse. La porte intérieure du porche méridional est encadrée de deux colonnes cannelées soutenant un fronton triangulaire où l'on voit le buste d'un personnage surmonté d'une Pietà en granit (sur les vantaux de la porte se trouve sculptée l'image de Saint Pierre armé de sa clé, oeuvre du sculpteur G. Guillesser de Plougasnou). En façade Nord, au-dessus de la porte de Guicasnou, se voit une sculpture accompagnée d'un écu martelé et d'une banderole. A noter que l'arcade de la porte de Guicasnou constituait jadis la voûte de la sépulture surmontée du blason des Périou, seigneurs de Mesquéault (cette sépulture se trouvait dans la collatéral nord, élargi au XIXème siècle). Le clocher (dont la flèche octogonale atteint 45 mètres de haut), édifié par l'architecte Jean Taillanter, date du 8 octobre 1582. Le clocher est ajouré de galeries à balustres et flanqué de quatre clochetons d'angle. Le portail, situé au pied du clocher et encadré de deux élégantes colonnes galbées à chapiteaux corinthiens supportant un fronton triangulaire, est surmonté de plusieurs écussons dont l'un est entouré d'un collier de Saint-Michel (il pourrait s'agir de ceux de la famille des Scépeaux, seigneur de Plougasnou et de Bodister, et de la famille des Dinan ou Dinant). La voûte de bois est en forme de carène renversé, peinte en bleu et piquetée d'étoiles d'or. Plusieurs inscriptions précisent la date de construction de certaines parties : le porche midi porte l'inscription "Le dimanche 2. jour de May Lan 1574 fut l'église de ceans dédiée par Baptiste Le Gras evesque de Tréguier et y a quarante jours de pardon le premier dimanche de may et le st iour de Paques autant". Au fond du porche ouest se trouve l'inscription "Le 8 e jour d'octobre 1582 M. I. Teillanter a faet le fondement et en loneur de Dieu conduit iusqua présent 1584, estant pour lors M. Laurens Tremoing, P. Karaudy et F. Geffroys miseurs p(ro)cur(eur)s". Sur le mur à droite du porche ouest, se trouve l'inscription "Laquele tour a este parachevée le 2 octobre 1612. Estans pour lors P. Le Nannou et Fiacre. Kerleo. Miseurs Fiacre. La Haye pour architecte". On voyait jadis dans la verrière du chevet les armoiries des principales seigneuries de la paroisse. Les armoiries les plus éminentes étaient celles de la famille Dinant de Montafilant, seigneur de Plougasnou et de Bodister au XVème siècle et fondateurs de l'église comme haut justicier du fief. Puis venaient les blasons des seigneurs de l'Isle (aujourd'hui en Saint-Jean-du-Doigt), Le Bihan, Kersaint, Guicaznou, La Forest, Mesquéault, Tromelin, Kerlessy et Quenquizou. En 1679, les prérogatives de fondateurs appartenaient au marquis du Parc de Locmaria. On y trouvait jadis plusieurs chapelles seigneuriales : celle dédiée à Sainte-Anne, oratoire particulier de la seigneurie de Plougasnou (familles Dinan et Trogoff), celle de Kericuff, autrefois dédiée à Sainte Anne (on y trouve les armes des familles Kermabon et Kerliviou), celle de Saint-Maudez dépendant du manoir de Kervény, celle de la confrérie du Rosaire, fondée vers 1600 : les droits honorifiques de cette chapelle appartenaient aux seigneurs du manoir de Kervoaziou (aujourd'hui en Saint-Jean-du-Doigt). Les fonts baptismaux, composés de deux cuves octogonales de granit entourées par une balustrade octogonale, datent du XVIème ou XVIIème siècle : ils portent les armoiries en alliance de Kersulguen et Kernechriou, une tête mitrée et l'inscription "A ma vie. A ma vie. J. Albus (Le Guen) Fecit Istum". Le retable du maître-autel (orné de trois châtelets en tourelles) provient de l'église Saint-Mathieu de Morlaix (1713) : au-dessus du tabernacle trône la statue du Christ tenant la croix triomphale et les niches latérales abritaient jadis plusieurs statuettes dont celles des quatre évangélistes (seules subsistent les statues de Saint-Marc et Saint-Pierre). Deux statues en bois polychrome encadrent le maître-autel : à gauche Notre-Dame de Guicasnou, et à droite Saint-Pierre. De part et d'autre du chevet, se trouvent deux petits autels latéraux : à gauche l'autel Saint Joseph, et à droite l'autel Sainte Anne. L'autel du Rosaire, issu de la chapelle du Rosaire et oeuvre de Jean Berthoulous, date de 1667-1668 : le tableau porte l'inscription "Mre Jean Le Coat, Rr de Plougasnou a donné ce tableau, Jacob Alix Pingebat anno domini 1668" et représente la sainte Vierge remettant le Rosaire à saint Dominique et à sainte Catherine de Sienne (les quinze mystères du Rosaire, disposés en autant de médaillons, entourent cette scène). Concernant le retable de l'autel du Rosaire, quatre colonnes torses, enguirlandées de pampres, soutiennent un fronton brisé au centre duquel se trouve une statue de la Vierge Mère entourée de deux anges. Sur le mur Nord, se trouvent deux toiles de P. Edouard Le Grand, datées de 1890 et 1896 : l'une des toiles représente la mort de Saint Yves dans son château de Kermartin et l'autre, Charles de Blois en chemise et pieds nus portant les reliques de Saint-Yves entre la Roche-Derrien et le tombeau du saint à Tréguier. La chaire à prêcher date de 1733. Les orgues qui datent de 1852 sont l'oeuvre de J. Heyer, facteur d'orgues de Quimper : elles ont été rénovées en 1992. La verrière du chevet est ornée de vitraux (1850) dus à Etienne Clech, peintre de Morlaix : les six lancettes représentent le Christ et 11 saints ou saintes dont saint Joseph, saint Pierre, la Vierge, saint Jean-Baptiste, saint Paul, saint Michel, saint Mélar, saint Tugdual, saint Yves, sainte Catherine, saint Eloi, et les mouchettes comportent des anges musiciens ainsi que les armes des seigneurs de la Salles, les Kermerc'hou. Un autre vitrail, daté de 1985, est l'oeuvre de Le Bihan, maître verrier à Quimper. A l'angle ouest du cimetière se trouvait jadis la chapelle de Sainte-Catherine (déjà en ruines au XVIIème siècle). Cette chapelle Sainte-Catherine est reconstruite en 1778-1780, ainsi qu'un ossuaire (aujourd'hui disparu) en 1781 : en 1679 sa grande vitre contenait les armes des familles de Guicaznou, La Forest, Le Ségaler, Boiséon, Trogoff de Kerprigent, Kerchoent, ... et en 1840, la municipalité voulait y installer l'école communale. A noter que la confrérie de la Trinité, avait été fondée en 1607 par les tisserands de la paroisse. L'église contient une croix processionnelle du XVIIIème siècle (oeuvre de Guy François Pellé de Morlaix) et une boîte aux saintes huiles du XVIIème siècle (oeuvre de François de Saint Aubin de Morlaix). L'église abrite les statues de saint Marc (XVIIème siècle), saint Pierre, la sainte Vierge, la sainte Trinité (XVIème siècle), saint Mélar, saint Yves, saint Guillaume ;

 

Eglise de Plougasnou (Bretagne). Ville de Plougasnou (Bretagne).
   

Extérieur :  A) Porche Sud (1616) ; B) Porte de 1618 - Pietà en pierre - dédicace de 1574 - bénitier ; C) Chapelle de Kericuff (XVème siècle) ; D) Sacristie (1869) ; E) Chambre forte ; F) Porte de Guiscanou ; G) Tour-Porche (1582-1612) ; H) Porche (dédicaces).

Intérieur : 1) Arcades romanes ; 2) Enfeux seigneuriaux ; 

  Mobilier : 3) Fonts baptismaux (XVIème siècle) ; 4) Orgues construites par Heyer en 1852 ; 5) Chaire à prêcher (1733) ; 6) Autel du Rosaire ; 7) Autel de Saint-Joseph ; 8) Maître-Autel (1713) ; Autel Sainte Anne ; 10) Chapelle de Kericuff. 

 Vitraux : V1) E. Clech (1850) ; V2) et V3) Le Bihan (1985).

 Peinture : T1) Voeu de Charles de Blois et T2) Mort de Saint Yves, toutes deux oeuvres de Edouard Le Grand ; T3) Le Rosaire (1668), oeuvre de Jacob Alix.

 Statuaire : a) Notre-Dame de Guicasnou ; b) Saint Pierre ; c) Education de la Vierge (XVIIème siècle) ; d) Pietà (XVIIème siècle) ; e) Saint Pierre ; f) Moine au-dessus de l'autel (XVIIème siècle) ; g) Education de la Vierge ; h) Saint-Sébastien ; i) Christ ; j) Evêque ; k) Saint Sébastien ; l) Vierge couronnée (XVème siècle) ; m) Sainte Anne triple (XVIIème siècle) ; x) Christ sur bois (sans croix).

 Trésor : croix de procession (XVIIIème siècle), calices en argent (XVIIème et XVIIIème siècles), ciboire en argent (XVIIème siècle), croix reliquaire en argent (XVIIIème siècle), Vierge à l'Enfant en argent (XVIIème siècle).

Nota : La seigneurie de Plougasnou, ainsi que celle de Bodister, était une acquisition de Vincent du Parc, seigneur de Kernotter et de Mesqueau (Aveux de 1527 et 1586), marié à Claudine de Névet … Les armes des Névet étaient : d’or au léopard morné de sable). Dans l’église paroissiale de Plougasnou, il n’y avait pas d’écussons des seigneurs du Parc. Dans la maîtresse vitre du grand autel on remarquait seulement deux écussons en supériorité, dont le premier du côté de l'Evangile, était BRETAGNE, et l’autre, au même degré de hauteur, du côté de l’épître, était : de gueules à quatre fusées d’argent, mouchetées d’hermine accompagnées de six annelets de même, trois en chef et trois en pointe (A. B.).

Voir aussi   Plougasnou "Description visuelle de l'église de Plougasnou

Eglise de Plougasnou (Bretagne).

la chapelle Notre-Dame de Lourdes au Diben (1926). Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec chevet à pans coupés exécuté sur les plans de M. Lionel Heuzé et Pierre Laurent (architectes à Morlaix). Cette chapelle a été bénite le 2 juillet 1926 ;

la chapelle Saint-Yves de Kermaria (XXème siècle). Elle est de forme rectangulaire et possède un clocher mur à une chambre de cloche. Il s'agit d'une chapelle privée ;

la chapelle Saint-Samson (XVI-XVIIème siècle). Il s'agit d'un édifice rectangulaire qui possède un clocher mur à une chambre de cloche. Ruinée dès la fin du XVIème siècle et reconstruite avant 1629. Selon la tradition, la chapelle serait construite à l'endroit où Saint-Samson (480-565, futur évêque de Dol) s'embarqua pour se rendre en Grande-Bretagne au monastère de l'abbé Ildut. Sur le portail se trouvent les armes de la famille Ségaler de Mesgouez. Du chevet sourd une source. La chapelle abrite une statue de saint Samson et une Pietà en bois ;

la chapelle Saint-Sébastien de Kermouster. Restaurée en 1786 et rebâtie en 1902. On y trouve les statues de Saint-Sébastien, Sainte-Anne, Saint-Eloi, Saint-Samson et une statue de la Vierge-Marie ;

la chapelle Saint-Joseph, située à Mesgouez et restaurée au XXème siècle. Cette chapelle dépendait jadis du manoir de Mesgouez. On y voit un porche avec écusson. C'est dans cette chapelle qu'est célébré, le 19 septembre 1707, le mariage de Louis François Pastour de Kerjean avec Catherine de Kerc'hoent ;

l'oratoire du Sacre (près du cimetière) daté de 1576. La chapelle du Sacre, édifiée à la fin du XVIème siècle dans le cimetière paroissial pour servir de reposoir au Saint Sacrement lors des processions, est transportée au nouveau cimetière. L'oratoire a été restauré en 1895. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec abside en hémicycle et toiture à noues multiples du type Beaumanoir ;

l'oratoire Notre-Dame-de-Lorette (1611), édifié par Jeanne de Keredan. Il s'agit d'un petit édicule Renaissance ouvert sur trois faces. La couverture cylindrique, en pierre, est soutenue par des piliers avec cariatides. Il porte l'inscription "Damoiselle Janne de Keredan douairiaire de Kerastan a faict batir a l'honneur de Dieu et de Notre Dame Marie de Lorette 1611". On y voit trois statues dont celle de la Vierge Marie ;

Oratoire de Plougasnou (Bretagne).

 

Oratoire de Plougasnou (Bretagne).

l'oratoire de Kermaria (XXème siècle). Il s'agit d'un édifice rectangulaire sans clocher et privé ;

Chapelle de Plougasnou (Bretagne).

l'oratoire Saint Servais ou Saint-Jelvest ou Saint-Sylvestre (1768), établi jadis semble-t-il sur une fontaine sacrée. Il est restauré en 1997 ;

les vestiges de la chapelle Sainte-Marthe ;

l'ancienne chapelle de Sainte-Barbe, disparue en 1940 et située jadis à Traon-ar-Run. On y voyait jadis l'écusson des familles Guicaznou de Keromnes et Bartage de Keromnes. Cette chapelle dépendait semble-t-il jadis du manoir de Traon-ar-Run, ancienne résidence de la famille de Trémenec ;

l'ancienne chapelle de Saint-Nicolas, reconstruite en 1890 à l'emplacement d'une chapelle plus ancienne. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire. L'enclos contient deux fontaines à édicule. On y voit les statues de Saint-Nicolas, Sainte-Vierge, Saint-Hervé et Saint-Yves ;

l'ancienne chapelle de Saint-Maudez ou de Kerbabu (XVIIème siècle). On y voit les statues de Saint-Tugdual, Saint-Roch et Saint-Maudez ;

l'ancienne chapelle de Notre-Dame de Pitié du début du XVIème siècle (avant 1647), démolie en 1856 et transportée à Pontplaincoët ou Pontplancoat. Cette chapelle privée et le manoir daté du XVIème siècle faisaient partie de l'ancienne seigneurie dont le siège se trouvait jadis au village de Kersaint. Il s'agit d'un édifice de plan rectangulaire avec chevet à pans coupés et sans clocher. La chapelle abritait jadis les statues de sainte Anne et la Vierge, saint Joseph et l'Enfant, saint Yves, saint Joachim et une Pietà ;

l'ancienne chapelle de Saint-Tugdual ou de Kervec'hel, aujourd'hui détruite et située jadis près de Keramouzet ;

l'ancienne chapelle priorale (1662) aujourd'hui détruite et située jadis au lieu-dit Saint-Georges. Elle servait dit-on déjà d'école dès 1574. Le fief de l'abbaye s'étendait surtout dans les frairies de Perros, Trémenec et de Kermorphézen et sa haute justice s'exerçait à Lanmeur. En 1655, l'abbaye de Saint-Georges ne possédait plus à Plougasnou que quelques tenues et un tiers de la dîme paroissiale. Les religieuses avaient disparues dès 1679. La maison priorale est alors vendue au sieur Bras, de Morlaix et devient la propriété de Joseph Gélliboré, sieur de Kerugou vers 1730. L'édifice devient la propriété de la famille Kertanguy et la chapelle est transformée en écurie en 1834. La cloche de Saint-Georges est transportée à Morlaix le 7 ventôse an II. Les archives nous ont laissé le nom de certaines prieures de Saint-Georges : Louise Robellot (en 1603), Geneviève de Boisgelin (vers 1620), Françoise de Boisgelin et Magdelaine de la Fayette (en 1655) qui devint ensuite abbesse de Saint-Georges de Rennes. Le prieuré avait été rebâti en 1669 par Magdelaine de la Fayette ;

l'ancienne chapelle Sainte-Catherine (située jadis dans l'ancien cimetière), aujourd'hui disparue ;

la croix Croaz ar Rouanez ou Rouz (1505), édifiée par la famille de Toulbodou, seigneurs de Tromelin ;

le calvaire de Kergreis (1598), érigé par la famille Picart ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Croas-ar-Merdy (1772-XXème siècle), Croas-ar-Scrill (Haut Moyen-Age), Croix-Rouge (1821), Croix-du-Penquer (1719), Croas-Bihan (XVIème siècle), Kerangroas-Saint-Georges (1588), Kermaria (XXème siècle), Kervorgat (XVIIIème siècle), Kervorgat (Moyen-Age), croix du cimetière (1905), croix de la rue Jean-Jaurès (XIXème siècle), croix de l'église (Haut Moyen-Age), Pen-Guen (1721), Saint-Nicolas (XVIème siècle), Saint-Nicolas (Moyen Age), Ty-Chapel (XXème siècle), Croix-de-Kerénot (Haut Moyen-Age). A signaler aussi des croix aujourd'hui disparues : croix de Pennanéac'h et la croix du port de Primel ;

le château de Mesgouez (XIXème siècle). Le manoir est récent. La chapelle privée dédiée à Saint-Joseph a été récemment restaurée. On y voit un colombier. Fief de l'ancienne seigneurie de Mesgouez (XVème siècle) qui appartenait en 1464 à Alain de La Forest, puis à Jean de Corran (ou Coran) et à la famille de Kerambellec (suite au mariage d'Anne de Corran avec Pierre de Kerambellec). Propriété ensuite de la famille Le Ségaler (ou Segaller) suite au mariage de Marie de Kerambellec et de Pierre Le Segaller (seigneur de la Ville-Neuve en Plougasnou). Vers 1600, on trouve un François Le Ségaler. Jean Le Ségaler, seigneur de Mesgouez, était sénéchal de Lanmeur, puis bailli de Morlaix en 1627 : sa première épouse était Antoinette de Lézormel. Au début du XIXème siècle, le domaine est la propriété de la famille Pastour, puis de la famille Salaun de Kertanguy (par alliance), de mademoiselle Smit (en 1850), du vicomte de la Briffe, époux de Sarrebrousse de la Guillonnière (en 1896), de la famille Corcuff (en 1923), de la famille Relave-Beaumont (en 1923-1924) et e la famille Morize (en 1926) ;

l'ancien château de Primel, aujourd'hui disparu. Ce château aurait été fondé par un chef breton nommé Conan Meriadec. Chef-lieu du fief de Plougasnou possédé au XIème siècle par la maison de Dinan. Il passe ensuite entre les mains de la famille protestante de Scépeaux, sur laquelle il est saisi par ordre du duc de Mercoeur, qui en confie le commandement, en 1592, à François de Goëzbriand de Plouézoch (ancien royaliste rallié à la cause de la Sainte Union). Deux ans plus tard, il se soumet à Henry IV qui le confirme dans sa charge et l'autorise à lever une compagnie pour guerroyer contre les Ligueurs. Goëzbriand en profite pour mettre le pays en coupe réglée. Il est chassé du château, en 1596, par les Espagnols alliés à Guy Eder de La Fontenelle et ceux-ci s'y maintiennent jusqu'en 1598, malgré le blocus qu'à trois reprises le gouverneur de Morlaix, Boiséon de Coëtnizan, vint poser devant la place forte. Ce n'est qu'en mai 1598 que le capitaine espagnol Graviel de Amezcoa abandonne Primel. Une bande de brigands s'y installe vers 1616. Chassée par Boiséon et la milice de Morlaix, le château est alors rasé ;

l'ancien manoir de Kergadiou (XVème siècle). Un des premiers occupants est mentionné en 1427 : il s'agit de Jehan Hellen ou Ellen, dont la petite fille Mabille Hellen épousa vers 1470 Pierre de Trogoff (fils aîné d'Yvon de Trogoff et de Marie de Kérouzéré). Le manoir de Kergadiou demeure la propriété des Trogoff jusqu'au mariage d'Isabelle de Trogoff avec François de Kerlec'h du Châtel, en 1620. Leur fils, Jean Baptiste de Kerlec'h hérite du manoir et devient alors seigneur de Kergadiou. L'édifice actuel conserve sur sa façade Sud, une double porte surmontée d'une moulure en accolade. Aux extrémités se trouvaient jadis des figures grotesques et sept blasons. On y voit un puits monumental. Sur l'arrière du bâtiment se trouvait jadis une tour. Toute proche, se dressait jadis une chapelle consacrée à Saint-Alexis. Le manoir est en cours de restauration ;

l'ancien manoir du Cosquer (XVIème siècle). La chapelle privée n'existe plus, mais le moulin subsiste. Les premières mentions de Cosquer nous font remonter à Nicolas Coatanlem (1446-1518) et à son épouse Méance Le Borgne. La fille de ces derniers épouse vers 1500 Guillaume de Goësbriand. Le domaine passe ensuite à leur autre fille Margilie, mariée à Jean Tromelin et décédée en 1590. On peut voir à proximité un pigeonnier et une fontaine ancienne installée par Ernest May et située auparavant près de la chapelle en ruines de Saint Tugdual (au lieu-dit Balc'h) ;

l'ancien manoir de Térénez Vraz. Un sieur de Térénez est mentionné en 1625 en la personne de François Le Diouguel (sieur de Poulfanc). Maire de Morlaix, ce dernier avait épousé en 1623 Marguerite Noblot. Leur fils, François Le Diouguel est maire de Morlaix de 1673 à 1674. Le domaine passe ensuite entre les mains des familles Le Chatillon, puis Marzin et Chrissement (au XXème siècle) ;

l'ancien manoir de Tromelin (XVIème siècle), édifié en 1530 par René de Coetanscour et son épouse Catherine de Coëtnempren, seigneur et dame de Tromelin et de Kerbignon (ou Querbignon). Il devient ensuite successivement la propriété des familles de Toulbodou (vers 1580, par alliance), Le Diouguel de Pennanrun (ou Pennantraon) et Boudin de Launay. L'édifice est composé aujourd'hui de deux bâtiments en équerre dont l'un est accosté d'une tour. Les deux portes sont surmontées d'un double arc en ogive à accolade. On y trouve un puits sculpté ;

Manoir de Plougasnou (Bretagne).

la maison des Roches-Jaunes (1907), édifié en 1907 par Edmont Croissant sur les plans de l'architecte Charles Penther. Dès 1926, l'édifice devient la propriété d'Yves Marie Cotty et de son épouse Joséphine Menut. La propriété est vendue par ces derniers en 1949 à la Caisse des écoles publiques de Morlaix, pour devenir un centre de vacances et de loisirs ;

le manoir de Kervescontou (1350), édifié par Guilherm Marhec (ou Marec). L'entrée de la demeure se fait par une porte en ogive avec double intrados. Propriété de Prigent Tréléver (en 1370), de Raoul de Tréléver, encore surnommé Rannou (en 1381, suite à une donation [acte daté du 1er mai 1381] de son frère Prigent Tréléver), des familles Gicquel, Pinart, Quillidien et Lagadec, de Pezron Coroller (en 1540), de Jean Coroller, magistrat à Morlaix (en 1592). Le manoir est resté dans la famille Coroller jusqu'en 1787, date du mariage de Marie Perrine Coroller avec Sébastien de Trogoff de Kerlessy. Le domaine passe ensuite entre les mains des familles Miorcec de Kerdanet, de Laubrière, de Kernars, Le Febvre, de La Rocque. La sépulture de la famille Coroller se trouve dans un enfeu de la chapelle de Saint-Antoine, à Plouézoch. Le manoir possédait jadis une tour permettant l'accès à l'étage ;

le manoir de Roslan, reconstruit vers 1633 et restauré au début du XXIème siècle. Vers 1480, le domaine appartient à la famille Le Goff, anoblie en 1497 : les armes sont "d'argent au château de sable maçonnée d'argent". Propriété des familles Le Goff (vers 1480), Pinart, Goësbriand (suite au mariage de Marguerite Pinart avec Hervé de Goësbriand). En 1544, François de Goësbriand épouse en secondes noces Anne de La Haye. Le manoir, qui appartient alors à Yvon de Goësbriand, est dévasté durant les guerres de la Ligue. En 1610, Christophe de Goësbriand épouse Marie de Kersaintgilly (fille héritière d'Alain de Kersaintgilly et de Gillette de Coëtlosquet) et le manoir consiste alors "en un grand corps de logis à trois et quatre estages où il y a salle, double salle, cuisines, chambres basses et hautes, portes, cour close, grange, escuries, crèche, maison à four sur icelle cour, toutes couvertes d'ardoises, jardins, coulombier en l'un des jardins, un bois de haulte futaie et de décoration, rabines, chapelle, moulins, issus nommée "ar gorniguel", l'aire y estant, contenant ensemble avec leurs issues chaussée en fond quatre journaux de terre .... " (aveu du 20/6/1654 - Cahiers de l'Iroise). Le fils de Christophe de Goësbriand, Yves, épouse en 1649 Louise Budes. Après le décès sans postérité de Yves de Goësbriand, le domaine revient à Anne de Goësbriand (soeur d'Yves et épouse de Jacques de Kermenguy). A la Révolution, le domaine de Roslan est la propriété de François Marie de Kermenguy. Nicolas de Kermenguy (né à Roslan en 1769) épouse Rose de Gouyon-Matignon et décède à Saint-Pol-de-Léon en 1849. Le domaine passe ensuite entre les mains de l'une de leurs filles, mariée à un de Forsanz. Le manoir est alors abandonné au profit du château de Kervolongar (en Garlan). La chapelle privée dédiée à Saint Gonéry n'existe plus ;

le manoir de Corran (XVème siècle - XVIIème siècle). Salomon Corran est mentionné au nombre des nobles de Plougasnou en 1427. Détruit durant les guerres de la Ligue, le manoir est reconstruit en 1612 par Alain de Corran, conseiller du roi et époux de Guillemette de Coëtquelfen (leurs armes sont gravées sur le fronton du portail). En 1678, il est la propriété de Gabriel Yves de Corran, lieutenant général de la maréchaussée de Basse-Bretagne à Landerneau. La terre de Corran passe ensuite successivement entre les mains des familles de Kersauson, Trécesson de Campana, Le Diouguel, Boudin de Tromelin, Botmiliau et May qui entreprit une rénovation complète du manoir. En 1940-1944, Corran appartient à la princesse Poniatowska, puis au général du Crest de Villeneuve ;

Manoir de Plougasnou (Bretagne).

le manoir de Kervron ou Kervront (XVème siècle), propriété du sieur de Lesmais, vicomte de Plestin-les-Grèves au XVème siècle, puis de la famille Marzin au XVIIème siècle et de la famille Postic (Guillaume Postic et Catherine Le Remeur) vers 1763 ;

le manoir de Pontplaincoët ou Pont-Plancoët ou Pontplancouët (XVIème siècle). Hervé, seigneur de Kersauson, époux de demoiselle Isabelle de Pontplancouët, est signalé dans un acte du 14 janvier 1472 : "Lettres de respit concédées au dict Hervé, escuyer sieur de Kersauson, et à demoiselle de Pontplancouët, sa compagne, par le duc de Bretagne, ....". Propriété de la famille Quelen (Guillaume de Quelen), puis de la famille Pastour de Kerjean (vers 1610, suite au mariage de Jeanne de Quelen avec Valentin Pastour de Kerjean). A la fin du XVIIIème siècle, le manoir est vendu à des religieuses de Kertanguy qui fondent en 1840 une école pour jeunes filles. Entre 1920 et 1940 Pontplaincoët est une école gérée par les Soeurs du Saint-Esprit de Lannion. Il s'agit aujourd'hui d'un centre de vacances qui appartient depuis 1970 à la Ville de Paris ;

Manoir de Plougasnou (Bretagne).

la ferme de Keridour (1600) ;

la maison prévotale (XVIIème siècle) ;

la cabane des douaniers (1711) ;

14 moulins dont les moulins de Roz-Lann, du Pont, Cosquer, Nevez, Arstang, Pont-Ploncout, Pont-Glos, Guicaznou, Mesqueau, l'Abesse, …

A signaler aussi :

le manoir de Pontangler (XVIème siècle) ;

le manoir de Mesquéault (XVème siècle). Propriété en 1402 de Jean Périou, capitaine du château de Brest en 1397 puis capitaine de Lesneven en 1406. Salomon Périou, frère de Jean, est élu évêque de Tréguier en 1424. Jean Périou le jeune et son épouse Amice de Troguindy ne laissent qu'une fille héritière Plezou Périou, mariée à Salomon du Parc, fils d'Yves du Parc, seigneur dudit lieu en Lanmeur. Au XVIème siècle, Mesquéault est à Vincent du Parc, marié à Jeanne Le Rouge de la Haye. Le manoir devient ensuite la propriété successive des familles Vilmen, Kerscau de Rosnévez et en 1734 de Pierre Joseph Salaün, écuyer et conseiller du roi ;

le manoir de Ruffelic (XVIIème siècle). On y trouve un puits. Il s'agit de la résidence du recteur de Plougasnou (au XVIIIème siècle) et celle de François Louis de Kermerchou, sieur de Lézénor (vers 1772) ;

le manoir de Kerdoret (XVIIème siècle), propriété de la famille Kerret ;

le manoir de Keromnes ;

le manoir de Kermorphézen ;

le manoir de Kernéguez (XVème siècle) ;

le manoir de Kerbiguet (XVIème siècle) ;

le manoir de Kericuff (XVIIème siècle). La chapelle privée n'existe plus. Le colombier date de 1709 et on y voit les armes de la famille Pastour. Propriété successive des familles Kermabon, Kermoysan, Pastour du Val, Le Roux de Kerninon ;

le manoir de Kerescar ;

le manoir de Kernizan (XVIIème siècle) ;

le manoir de Kerénot (1631) ;

le manoir de Kerbabu ;

le manoir de Guermeur (vers 1620). Propriété, en 1624, de Guillaume du Poulmic, maire de Morlaix ;

le manoir de Kerangroas (XVIème siècle) ;

le manoir de Kerlavarec ;

le manoir de la Villeneuve ;

le manoir de Kervény (XVIème siècle). Propriété successive des familles Trélever, Coatanscour (au XVIème siècle), Botherel (en 1679) ;

le manoir du Porsmeur et du Kerhunan ;

le manoir du Merdy ;

le manoir de Goasven ;

la maison noble de Tréménec, fief de la famille La Forêt ;

le manoir de Keryvot ou de Kerivault ;

le manoir de Cosquérou (XVIème siècle) ;

le manoir de Traon-ar-Run. Vers 1400, un des cadets, Jean de Tréménec, avait épousé Tiphaine de Trémédern, héritière de Traon-ar-Run. Pillé par les espagnols durant les guerres de La Ligue, il est transformé en poste d'observation jusqu'en 1598. Le manoir de Traon-ar-Run était en 1762 la résidence de l'écuyer Guy-Julien de Tréménec de la Salle, puis est passé entre les mains des familles de Crechquérault et Gicquay de Preissac ;

le manoir de Lantrennou ;

le manoir de Kerlessy. Propriété de la famille Mériadec au XVème siècle, puis résidence de la famille de Trogoff (dès 1450). Le manoir est pillé et saccagé par les Espagnols en 1596. Maison natale du dominicain François de Trogoff (en 1680) ;

le manoir de Kergoff ;

le manoir de Penallan ;

le manoir de Kergurunet ;

la ferme de Kervélegan ;

la ferme du Balc'h ;

la ferme de Kerbasquiou ;

la ferme de Trobriant, ancienne métairie noble ;

le hameau de Kerastan (XVème siècle). La douairière de Kerastan fait construire en 1611 l'oratoire Notre-Dame de Lorette dans les Mezou ;

le hameau de Kermadeza ;

la maison de Kergreis (XVIème siècle). On y trouve un puits ;

l'ancienne chapelle de Belek. Près de cette chapelle se trouvent deux petits menhirs ;

le menhir, situé près de Goazmeur ;

le tertre de Run-ar-Vugale ;

le petit lech ou la stèle, situé dans le cimetière (âge de fer) ;

le lieu noble de Kerneuguen ;

la maison noble de Lantretouar ;

Manoir de Plougasnou (Bretagne).

les traces d'anciennes fortifications situées à la pointe de Primel. La pointe de Primel est occupée en 1664 par une compagnie commandée par le marquis de Locmaria. Plus tard, Vauban y établit une batterie de deux canons pour défendre l'entrée de l'anse de Trégastel. Primel semble avoir été le siège d'une station préhistorique : on voyait encore en 1840, au lieu-dit Trégastel, les ruines d'une allée couverte dite "Gwek an Inkinerez" (le lit de la Fileuse). On y trouve un menhir nommé Men-ar-Vioc'h (pierre de vache) et une douzaine de sépultures de l'âge de pierre (découvertes en 1903) ;

Ville de Plougasnou (Bretagne) : Primel.

Nota : la réformation de 1427 cite 49 manoirs et 72 hostels (B.M. Saint-Brieuc, ms 38, 97-111). Les manoirs sont : St-George, Keromon, Kermabon, Buorz, Keraslen, Kervelegan, Kersent, Kerpabu, Kernou, Kersent, Kerpabu, Pontblanc, Kerescan, Kerguelen, Kerdoret, Kerynant, Kerharlaon, Guycaznou, Kericuff, Guycaznou, Kergoasiou, Kermel, Quenquisou, Kermabon, Kerprigent, Quenquisou, Kergadiou, Kerordis, Kerscau, Tuonbrient, Rozlan, Trosizan, Mesgouez, Kerdiny, Keranmouset, Kericuff, Keriejequel, Tuongaznisco, Tregatgoelon, Kerynhouarn, Kermorvan, Tuonbellec, Penangvern, Kerynisan, Merdy, Cosquer, Merdy, Kervescontou et l'Isle.

  Ville de Plougasnou (Bretagne).

Recteurs de Plougasnou de 1460 - 1513 : Prigent Marc'hec (cité en 1460, domicilié à Pont-ar-Glec'h), Guillaume Le Moal (cité en 1483), Louis de Penmarc'h (cité en 1493, domicilié à Kerjézéquel), Guyomarc'h de la Haye (cité en 1490, domicilié à Kericuff), Even Trémoign (cité en 1499), Raoul de Coatanscour (cité en 1510).

Gare de Plougasnou (Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de PLOUGASNOU

La seigneurie de Buors : Jean de Buors est chevalier aux sièges de Soissons et de Compiègne en 1413 et au siège de Paris en 1419.

Marc'hec ou Marrec (Le), sr. de Launay, — de Penalan, — du Merdy et de Trobriant, en Plougaznou (Plougasnou), — de Keridec, en Lanmeur, — de Lavallot, en Taulé. Ancienne extraction chevaleresque. — Huit générations en 1669. — Réformes et montres de 1427 à 1543, en Plougaznou (Plougasnou), évêché de Tréguier. Blason : D'azur, à 2 badelaires d'argent, garnis d'or, passés en sautoir, la pointe en haut. Guillaume Le Marc'hec épouse, en 1477, Anne de la Forest. La branche de Penalan fondue dans Toulgouet, puis Le Gualès ; celle de Lavalot dans Penhoadic.

Prigent, sr. du Cosquer, de Kerandraon, de Kervézec, en Plougaznou (Plougasnou), — de Kerbridou, en Plouant, — de Kerdinain, — comparant aux réformes et montres de 1481 à 1543, dites paroisses, évêché de Tréguier. Blason : D'argent, à trois tourteaux de sable, accomp. d'un croissant de même, en abyme.

Chossec (le), sr de l'lsle, en Plougaznou (Plougasnou), de Penanrun, et du Froutven, en Guipavas. Blason : D'or, à trois feuilles de sauge de sinople (armorial de 1696). La branche de l'Isle fondue, en 1670, dans le Gouz-d'Ossac ; celle du Froutven, en 1754, dans Coataudon.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, on comptabilise la présence de 94 nobles de Plougasnou (il y en avait 30 en 1426) :

François ARGENTON : défaillant ;

Jourdan ARGENTON (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jacob BAELEC (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan BERNARD : porteur d’une brigandine et armé d’une pertuisane ;

Jehan BUZIC : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Raoullet CALOUET (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Roland CAZOULLAT (20 livres de revenu) : défaillant ;

Prigent CHEVALIER (70 livres de revenu) : défaillant ;

Fiacre COETANSCOURRE (40 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Ollivier COLLOTIN (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Geoffroy CONCER (5 livres de revenu) : porteur d’une jacques et armé d’une pertuisane ;

Yvon CORAN (20 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan CORRE de Kerlavarec (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et armé d’une pertuisane ;

Jehan DU PARC (120 livres de revenu) : comparaît en Homme d’Armes ;

Jehan FEAT (5 livres de revenu) : porteur d’une jacques et armé d’une pertuisane ;

Geoffroy FOLLART : porteur d’une brigandine et armé d’une vouge ;

Jehan GASCOIGN (14 livres de revenu) : porteur d’une jacques et armé d’une pertuisane ;

Jehan GOALON (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Geoffroy GUICAZNOU (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Olivier GUICAZNOU : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Pierre GUICAZNOU (40 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Juzette GUISCHOUX (20 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan JOCE (7 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan KERBADEZA (15 livres de revenu) : défaillant ;

Yvon KERGONNAZ (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Martin KERGUENNOU (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan KERHYVON (40 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Guillaume KERMABON (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan KERMABON (80 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Guyomar KERMADEZA (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Guillaume KERRAMUNOU (25 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Constance de LA BOESSIERE (60 livres de revenu) : défaillant ;

Constance de LA BOESSIERE remplacé par Yvon Kervenou : porteur d’une brigandine ;

Charles de LA FOREST (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Guillaume de LA FOREST de Kergonneau (25 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Guillaume de LA FOREST (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan de LA FOREST de Tremenec (25 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Philippe de LA FOREST (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Amice de LA HAYE (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Catherine de LA HAYE (5 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan de LA HAYE de Penanguern (50 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Jehan de LA HAYE de Lisle (200 livres de revenu) : comparaît en Homme d’Armes ;

Perceval de LA HAYE (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan LAGADOU (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Alain LARGENTON (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Mahé LAVYEC (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Olivier LE CALLOUNEC (10 livres de revenu) : porteur d’une jacques et comparaît armé d’une vouge ;

Olivier LE FOREST de Kermorvan (22 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Hamon LE GENTIL (5 livres de revenu) : porteur d’une jacques et comparaît armé d’une pertuisane ;

Mahé LE GOFF (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Roland LE GOFF (5 livres de revenu) : défaillant ;

Roland LE GOFF : porteur d’une brigandine et armé d’une pertuisane ;

Jehan LE HABASQUE (70 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan LE JEUNE (5 livres de revenu) : porteur d’un paltoc et comparaît armé d’une vouge ;

Yvon LE JEUNE (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan LE LAGADEC (15 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan LE LAGADEC de Kercreis (80 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan LE LAGADEC de Kerziezecquel : porteur d’une brigandine et armé d’une pertuisane ;

Yvon LE LAGADEC (5 livres de revenu) : excusé ;

Yvon LE PAGE (12 livres de revenu) : porteur d’une jacques et comparaît armé d’une vouge ;

Guillaume LE PAPE (10 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Hervé LE ROUX (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan LE ROUX (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Yvon LE ROUX (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Jehan LE ROUZIC (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Yvon LESEGALLER (80 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan LUCAS (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan MAREC (6 livres de revenu) : défaillant ;

Jehan MAREC (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan MENOU : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Arthur MERIADEC : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Hector MERIADEC (100 livres de revenu) : excusé comme appartenant à une compagnie d’ordonnance ;

Yvon MEUR (25 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une vouge ;

Guillaume NEDELEC (10 livres de revenu) : porteur d’une jacques et comparaît armé d’une vouge ;

Olivier PAPE (30 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Guyomar PAPPE (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Pezron PERIOU (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Roland PEZRON (40 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Jehan QUELEN (12 livres de revenu) : défaillant ;

Antoine de QUELEN (20 livres de revenu) : excusé comme appartenant à une compagnie d’ordonnance ;

Guillaume de QUELEN (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Jehan de QUELEN de Pontplancoet (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Margilie de QUELEN (10 livres de revenu) : défaillant ;

Guyomar ROPERZ (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Olivier ROPERZ (10 livres de revenu) : porteur d’une jacques et comparaît armé d’une vouge ;

Jehan SYMON (5 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Thomas THEPAULT (20 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît armé d’une pertuisane ;

Jort THOMAS (15 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Fiacre de TNOUGOFF de Kerprigent (250 livres de revenu) : défaillant ;

Charles TNOUGOU (40 livres de revenu) : défaillant ;

Yvon TNOUGOU (20 livres de revenu) : défaillant ;

Yvon TNOUMELIN (60 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer ;

Morice TREMENCE (8 livres de revenu) : défaillant ;

Hervé TREMENEC (6 livres de revenu) : porteur d’une brigandine et comparaît en archer.

© Copyright - Tous droits réservés.