Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Monterrelotais

MONTERTELOT

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Ploërmel  

La commune de Montertelot (bzh.gif (80 octets) Mousterdelav) fait partie du canton de Ploërmel. Montertelot dépend de l'arrondissement de Vannes, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Montertelot, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MONTERTELOT 

Montertelot vient, semble-t-il, de "Mouster Saint Laur", prêcheur qui édifie un monastère à Montertelot.

Montertelot est un démembrement de la paroisse primitive de Ploërmel. Dépendant, semble-t-il, de la trève de La Chapelle, Montertelot est uni au XVIème siècle à la paroisse de Guillac et le reste jusqu'à la Révolution. La paroisse de Montertelot dépendait autrefois du diocèse de Saint-Malo.

En 1801, Montertelot passe dans le diocèse de Vannes. Montertelot est érigé en commune en 1790 puis en paroisse succursale en 1839.

Note : Montertelot est un petit territoire, situé sur le bord de l'Oust, entre Ploërmel et la Chapelle. En 1891, sa superficie n'est que de 264 hectares, les trois quarts environ sont cultivés, et la population atteint le chiffre de 213 habitants. Quand on considère que la Chapelle était jadis une simple trève de Ploërmel, on est porté à croire, en jetant un coup d'oeil sur la carte, que Montertelot, qui les sépare aujourd'hui, était une annexe de la trève. La limite entre Ploërmel et Montertelot est naturelle : c'est un petit ruisseau, qui se jette dans l'Oust ; tandis que la limite entre Montertelot et la Chapelle est purement arbitraire. Montertelot, séparé plus tard de Ploërmel ou de la Chapelle, a dû constituer une petite paroisse, qui perdit ensuite son titre, et qui fut unie, dés le XVIème siècle au moins, à la paroisse de Guillac, situation qui s'est maintenue jusqu'à 1790. L'église est sous l'invocation de saint Laur ou Léry, qui mourut au VIIème siècle auprès de Mauron. Suivant la tradition locale, que nous ne garantissons pas, saint Laur aurait d'abord prêché à Josselin, puis se serait embarqué sur l'Oust, son manteau lui servant de canot, et serait arrivé à Montertelot où il aurait séjourné pendant quelque temps et bâti un monastère ; le nom du lieu serait, dit-on, tiré de Mouster Saint-Laur. De là le missionnaire serait allé vers Mauron, où il aurait terminé sa carrière (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MONTERTELOT

l'église Saint-Laur (1851-1858). La première chapelle de Montertelot a été construite entre 1443 et 1454. En 1617, la petite chapelle a été agrandie. Puis, en 1851, l'église a subi une importante restauration (création du transept sud, surélévation des murs, réfection totale de la toiture avec déplacement du clocher à son emplacement actuel). Il s'agit d'un édifice en forme de croix latine. Jadis les autels latéraux étaient dédiés à la sainte Vierge et à la Vraie Croix. Aujourd'hui ne subsiste qu'un seul autel latéral dans le transept nord et dédié à la sainte Vierge. On y conserve un curieux petit crucifix en cuivre du XVème siècle : cette croix mesure 23 cm de haut et proviendrait de la chapelle primitive ;

Nota : L'église est un édifice en forme de croix latine qui n'offre rien de particulier. Les autels latéraux sont dédiés à la sainte Vierge et à la Vraie-Croix. On y conserve une petite croix en cuivre, longue de 0 m. 25 environ, creuse, de forme ordinaire, à laquelle est attaché un Christ, à membres grêles, vêtu d'une sorte de caleçon, les pieds posés l'un sur l'autre. La fontaine du patron est le but d'un pèlerinage, où l'on vient d'assez loin ; on y invoque le saint pour la santé des enfants. Il n'y a aucune chapelle publique ou privée. Montertelot était du diocèse de Saint-Malo, de la sénéchaussée de Ploërmel et du doyenné de Beignon, tandis que Guillac était du doyenné de Lanouée. En 1790, il fut érigé en commune, du canton et du district de Ploërmel, et compris dans le département du Morbihan. En 1791, M. Bonno, son curé, refusa le serment. Montertelot passa régulièrement, en 1801, dans le nouveau diocèse de Vannes. Uni à la paroisse de Ploërmel, mais possédant un prêtre résident, il fut érigé en succursale en 1839. Il faut noter aussi une belle croix en pierre, restaurée en 1886, présentant d'un côté le Christ, de l'autre la Vierge, et entourée de quatre personnages, deux hommes et deux femmes, placés symétriquement aux quatre angles du calvaire (J-M. Le Mené).

la fontaine Saint-Laur ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MONTERTELOT

Les seigneuries de Montertelot étaient : Montertelot, Tressol et la Ville-Brient.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Montertelot.

Dans le dictionnaire des feudataires des évêchés de Dol et Saint-Malo en 1480, on comptabilise la présence de 3 nobles de Montertelot :

Regnaud BILLAUD (7 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une jusarme ;

Jehan DE LA HOULLE de Ville-Brient (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine, comparaît armé d'une jusarme ;

Raoul DE LA HOULLE (10 livres de revenu), remplacé par son fils Pierre : porteur d'une brigandine, comparaît en archer ;

© Copyright - Tous droits réservés.