La Méaugon : Histoire, Patrimoine, Noblesse (commune du canton de Ploufragan)

Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Méaugonnais

LA MEAUGON

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Ploufragan  

La commune de La Méaugon (pucenoire.gif (870 octets) Lanvealgon) fait partie du canton de Ploufragan. La Méaugon dépend de l'arrondissement de Saint-Brieuc, du département des Côtes d'Armor (Bretagne). 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE DE LA MEAUGON

La Méaugon vient du breton « lann » (ermitage) et de Saint Méaugon, disciple, d'après la tradition, de saint Brieuc.

La Méaugon est un démembrement tardif de l'ancienne paroisse primitive de Plerneuf. Son chef-lieu a pour origine une fondation monastique du haut Moyen Age.

Ville de La Méaugon (Bretagne).

On ne trouve mentionnée la paroisse de la Meaugon, qu'à partir de 1566 (archives des Côtes d'Armor, 1E 1628). L'ancienne paroisse de La Méaugon (ou plutôt, Lanméaugon) dépendait comme aujourd'hui de l'évêché de Saint-Brieuc, qui était en même temps le siège de sa subdélégation et de son ressort. La cure était à l'alternative. A la Révolution, le duc de Rohan en était le seigneur et la paroisse de La Méaugon dépendait du doyenné de Saint-Michel. La Méaugon élit sa première municipalité au début de 1790.

On rencontre les appellations suivantes : La Meaugon (en 1427), Lameaugon (en 1480, en 1536), La Meaugon (en 1543, en 1569), Lamiaugon (en 1703, en 1707, archives des Côtes d'Armor 1E 1628 et 1779).  L'orthographe, La Méaugon devint officielle, par le décret du 31 octobre 1877.

 Ville de La Méaugon (Bretagne).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA MEAUGON

l'église Saint-Méaugon (XVIème et XVIIIème siècles). En forme de croix, elle comprend une nef avec bas côté nord de cinq travées plus celle du clocher encastré et un choeur. Sur la longère sud de la nef s’ouvrent le porche et deux chapelles dédiées respectivement à Notre-Dame de Bon-Secours et à saint Blaise. Cette dernière forme au midi du choeur une véritable aile. La dernière travée du bas côté s’élargit pour former au nord une chapelle en aile, dédiée au Sacré-Coeur, dont le pignon est surmonté d’un clocheton. L’édifice actuel, dont les parties les plus anciennes (chapelle Saint-Blaise) remontent au XVIème siècle, date en majeure partie du XVIIIème siècle et a été très restauré au XIXème. Le clocher porte la date de 1703 et a été restauré une première fois en 1755 ; le pignon de la chapelle nord fut reconstruit en 1732 par Charles Vasti. La foudre étant tombée sur l’église en 1850, le bas côté de l’église fut alors reconstruit ; enfin, de juin à octobre 1880, elle subit une restauration complète sur les plans de l'architecte M. Maignan, travaux exécutés par l'entrepreneur M. Gaudu, entrepreneur. Le chapitre Saint-Blaise date du XVIème siècle. Le pignon du chapitre Nord date de 1732. Les boîtes à chef, situées sous le porche de l'église, datent du XVIIIème siècle. Dans l'église de La Méaugon, la fenêtre éclairant l'aile sud du transept renferme dans son tympan une Crucifixion. La Vierge et saint Jean, les mains jointes, sont de chaque côté de la Croix, personnages en blanc et or sur un ciel d'azur. Plus bas, dans l'une des lancettes, l'on a incrusté un saint Méaugon, en moine portant une custode. C'est là, malheureusement, tout ce qu'il reste de l'ancienne vitre du choeur, côté de l'épître, qui renfermait diverses scènes de la vie du saint éponyme de la paroisse, sur lequel l'on ne sait à peu près rien. " Mobilier : Restes de vitraux du XVIème siècle ; tribune du XVIème siècle faite avec un ancien jubé ; 4 autels du XVIIème, dont un finement sculpté, dans la chapelle N.-D. de Bon-Secours ; chaire de 1743 ; aigle de lutrin XVIIIème siècle ; tronc ancien dans la balustrade du choeur ; statues anciennes de saint Méaugon, saint Jean-Baptiste, sainte Ursule, saint Guillaume. Cette dernière date de 1755 et coûta 20 livres, bois non compris, et 20 livres pour la dorure ; statue moderne de saint Yves. Dans la nef tombe avec écu fruste, et marteau et tenailles " (R. Couffon) ;

Eglise de La Méaugon (Bretagne).

l'ancienne chapelle Saint-Barthélemy, près du pont du même nom, détruite au XIXème siècle. L’on voit encore, en 1937, la statue du saint patron sur le pignon du moulin voisin ;

l'ancienne chapelle du Vau-Briend, dédiée à saint Nicolas, détruite ; 

la croix du bourg (XVIIème siècle) ;

la croix de l'ancien cimetière (XVI-XVIIème siècle) ;

les fontaines des Vergers, de Saint-Nicolas ou du Vau-Briend (XVIIème siècle), de Saint-Blaise (XVII-XVIIIème siècle) située dans le bourg ;

La Méaugon (Bretagne) : bords du Gouët.

l'ancien presbytère (XVII-XIXème siècle) ;

le manoir de la Garenne (XVIIème siècle), édifié par la famille du Rufflet ou Rufflay ou Ruffley ;

l'ancien manoir du Vau-Briend (XVIIème siècle), aujourd'hui disparu et siège jadis de la seigneurie du Vau-Briend. Propriété de Thomas Le Ribault en 1536 et en 1543. Cette seigneurie possédait une chapelle privée dédiée à saint Nicolas ;

3 moulins ;

 La Méaugon (Bretagne) : bords du Gouët.

A signaler aussi :

la motte du Châtel (haut moyen âge) ; 

les carrières de granit (XVIII-XIXème siècle), situées dans la vallée du Gouët ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA MEAUGON

Lors de la réformation de 1427, sont mentionnés à La Méaugon les nobles suivants : Guillaume du Rufflay, Roland du Rufflay et Perrot Henri. Alain Aude, Eon Henri et Philippot Le Moene se disent aussi nobles.

Vallée de La Méaugon (Bretagne).

Lors de la réformation du 20 mars 1536, sont mentionnées à La Méaugon les maisons nobles suivantes : Le Vau-Briend (à Thomas Le Rybault ou Le Ribault), une maison (à Morice Peret ou Perret, fils de Guillaume Perret, anciennement à Eonnet Henry), La Croix-Herlo (au sieur de Kerabuys), La Brousse (à Raoul Le Forestier), une maison (à Philippe du Ruffley), la terre Pré-Marquier (à Jehan Guillo, anciennement à dame de La Morandaye). 

En 1569, "La Gravelle" appartient à Michel des Bouais, la "Croix-Herlot" appartient à Jean Bourgonnier et "La Brousse" appartient à Jean Guito.

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Saint-Brieuc de 1480, on comptabilise la présence de 7 nobles de La Méaugon :

Jehan ANDRE (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine ;

Alain BOUEXEL : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une vouge ;

Selvestre DE BOGAR : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Guillaume DU RUFFLAY (5 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une hache ;

Philippe HENRY (10 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît en archer ;

Yvonnet HENRY (5 livres de revenu) : porteur d'une brigandine et comparaît armé d'une jusarme ;

Jehan LE MOUENNE (30 livres de revenu) : défaillant ;

© Copyright - Tous droits réservés.