Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Marsacais

MARSAC-SUR-DON

  Retour page d'accueil          Retour Canton de Guémené-Penfao  

La commune de Marsac-sur-Don (bzh.gif (80 octets) Marzheg) fait partie du canton de Guémené-Penfao. Marsac-sur-Don dépend de l'arrondissement de Châteaubriant, du département de Loire-Atlantique. 

Vous possédez des informations historiques sur Marsac-sur-Don, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de MARSAC-SUR-DON

Marsac-sur-Don vient de l'anthroponyme latin Marcius. Don est le nom du cours d'eau.

L'origine du village remonte vers le III-XIVème siècle avant Jésus-Christ. Lors de la conquête romaine en l'an 58 avant Jésus-Christ, le hameau devient le siège du fundus de Marcius, influent préfet romain.

Une chapelle primitive dédiée à saint Léger, évêque d'Autun au VIIème siècle, aurait été édifiée au centre de l'ancien bourg. En 888, Alain le Grand, roi de Bretagne, fonde un prieuré à Marsac et le donne, en même temps que celui de Massérac, à l'abbaye Saint-Sauveur de Redon. 

L'histoire fait mention de Marsac en 1064, où l'évêque de Nantes, Quiriac ou Quiriace, cède à l'abbé Almodius son droit de sacrilège. A l'époque féodale, les juridictions étaient celles du Prieuré, du Plessix et de la Herbretais.

Note 1 : dans les registres d'avant la Révolution, on relève les signatures des familles Crouëzaud, Guérin de la Rochepalière, Gaultier de Beauvallon, Leroux, ... hommes de lois, et celles des nobles Moraud du Déron et du Plessis, puis des Bouvais de La Fleuriais.

Note 2 : liste non exhaustive des recteurs de Marsac-sur-Don : Julien Hougron (de 1614 à 1642), Claude Guihard (jusqu'en 1690), Julien Frèrejouan (de 1690 à 1723), Bouvais de la Fleuriays (de 1723 à 1756), Jacques Rigaud et Pierre Perchais durant la Révolution, François Delalande (de 1815 à 1841), Mathieu Mahé, Jean Baptiste Allereau, Pierre Jourdon, .....

Note 3 : liste non exhaustive des maires de la commune de Marsac-sur-Don : Garaud et Leroux, Panhéleux (en 1801), Gaultier de Beauvallon (en 1808), Joseph Marie Heuzé (en 1815), Breger, Dubourg (en 1830), Eon, Heuze fils, Joseph Frémont (en 1852), Lefeuvre (en 1871), Clément de Guériff (en 1879), Louis Robin (en 1886), Emerand Bardoul (en 1900), .....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de MARSAC-SUR-DON

l'église Saint-Martin (1874-1931), œuvre de l'architecte M. Boismen. Cette église est aussi dédiée à Saint-Léger. Une première église est édifiée à Marsac-sur-Don au XIème siècle par les moines du prieuré. L'église actuelle est consacrée à Saint Martin, qui serait passé, dit-on, dans le village en 390. L'église est agrandie en 1694 puis démolie et reconstruite. La première pierre de la nouvelle église est bénie le 6 décembre 1874. La nouvelle église est consacrée le 18 décembre 1877. L'autel date du XIXème siècle. Le presbytère est reconstruit par l'abbé Perchais et son vicaire Alexis Rigault en 1787. Les paroissiens de Marsac-sur-Don recueillirent les restes de l'ancien recteur Pierre Perchais et les déposèrent à l'ombre de l'autel, et sur la pierre qui les recouvre est gravée "Ici repose Pierre Perchais, confesseur de la foi. Recteur de Marsac où il vécut caché par ses paroissiens pendant la révolution de 1793, exerçant le saint ministère, décédé en 1815" (les demoiselles Crouëzaud du bourg et René Gardé de la Villegoué, abritèrent souvent le recteur). Le clocher n'est ajouté qu'en 1931. La statue de la Vierge à l'Enfant, en bois, date du XVIème siècle. L'Angelot, en pierre, date du XVIème siècle. La lithographie "Jésus mis au tombeau" date du milieu du XIXème siècle. Au pied de plusieurs vitraux, on retrouve souvent parmi les écussons, les trois feuilles de houx de la famille de Guériff du château de la Herbretais ;

l'ancienne chapelle Saint-Léger, près de laquelle jaillissait jadis une source ferrugineuse ;

la croix de la Herbretais (fin du XIXème siècle) ;

le calvaire de la Riallais (1910). Ce calvaire est acheté dans le Finistère au début du XXème siècle par Emerand Bardoul, ancien maire de Marsac-sur-Don ;

la croix Pivard (1850-1870) ;

le manoir du Martray (XVIème siècle) ;

le manoir de la Herbretais (XV-XVIème siècle). Habité par des alliés des armateurs nantais Montaudouin : les Morand du Déron et les Guériff de Launay. Cette dernière famille est parente des Guillotin de Corson, des Bouvais de La Fleuriais et de Fréminville ;

le manoir de la Riallais (XXème siècle), édifié à l'emplacement d'un ancien manoir daté de 1425. Propriété des familles Leroux et Bardoul. Alcide Leroux, écrivain et poète, a chanté ce manoir ;

la ferme (XIXème siècle), située à la Ville-Gouée ;

4 moulins dont le moulin du Don (XIXème siècle), situé route de Guémené. Propriété de la famille de La Haye Jousselin, originaire de Derval, en 1870. La famille Gautier lui succède dès 1887 ;

A signaler aussi :

le puits à Vire (XIXème siècle) de La Jaunais ;

le four à pain (XIXème siècle), situé à l'Etang de la Roche ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de MARSAC-SUR-DON

Chomart, sr. de la Riallais et de la Mézais, en Marsac, — des Houmeaux, en Mouzeil, — de la Haye, en Nozay, — du Bretins et du Portail, en Pontchâteau, — de la Muce, de la Tenaudais et de Trénoust, en Jans, — de Launay, — des Marais, — du Hoscat et de Kerdavy, en Herbignac, — de la Filliaye, — de Trélan, — du Guern, en Camoël. Ancienne extraction. — Huit générations en 1669. — Réformes et montres de 1426 à 1544, en Marsac, Mouzeil et Nozay, évêché de Nantes. Blason : D'or, à la bande de gueules, chargée de 2 gantelets et de 2 molettes, le tout d'argent. Olivier Chomart, vivant en 1424, épouse Guillemette de Mauzon. — François, grand-maître des eaux et forêts de Bretagne, en 1653. De ce mariage sont nées trois filles : Emilianne, fille de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul, depuis 1883, Jeanne et Marie. Joseph-Marie de Kersauson, né à Brest le 31 août 1831, a épousé, en 1855, demoiselle Emilie Chomart de Kerdavy, fille de Gustave Chomart de Kerdavy et de dame Emilie de Tréméac. Emilie Chomart a deux soeurs : Adèle, son aînée, veuve de M. Arthur Libault de la Chevasnerie, dont cinq enfants, et Caroline, célibataire (J. de Kersauson).

L'ancienne terre noble de Tréveleuc. Propriété successive des familles Gaultier de Beauvallon, Frémont de La Merveillère.

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.