Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Conquereuillais

CONQUEREUIL

  Retour page d'accueil          Retour Canton de Guémené-Penfao  

La commune de Conquereuil (bzh.gif (80 octets) Konkerel) fait partie du canton de Guémené-Penfao. Conquereuil dépend de l'arrondissement de Châteaubriant, du département de Loire-Atlantique. 

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de CONQUEREUIL

Conquereuil vient du latin "concha" (coquille) ou du breton "carnel" (charnier).

Les landes qui existent dans la commune de Conquereuil sont célèbres par les batailles qui s'y livrent en 990 entre Conan-le-Tors, comte de Rennes, et Guerech, frère d'Hoël IV et comte de Nantes, ainsi qu'en 992 entre Conan Ier et Foulques, comte d'Anjou.

En 990, la bataille oppose dans les landes de Conquereuil et peut-être de Derval, Conan Ier, dit le Tors (ou Conan-le-Tors), petit-fils de Gurwan descendant de Nominoë et comte de Rennes qui prétendait régner sur toute la Bretagne comme seul héritier légitime du roi Salomon III, et Guerech (ou Gwérech), ancien évêque défroqué de Nantes. Devant l'acharnement de Conan Ier, ce dernier Guerech regagne Nantes où il décéde empoisonné. Son fils unique, Alain V lui survit peu de temps. Conan Ier s'empare alors de Nantes et se trouve par la suite en lutte contre Foulques Nera, comte d'Anjou et fils bâtard de Hoël IV, qui mettra à la tête du comté de Nantes, un dénommé Judicaël, descendant de la maison de Poher.

Dès 992, Foulques Nerra (Foulque le Noir) revendique le comté de Nantes comme partie intégrante de son territoire, l'Anjou. Conan Ier et Foulques s'affrontent à Conquereuil et Conan Ier meurt durant le combat. Voici quelques précisions : " le choc fut terrible, mais Conan quoique gravement blessé, gagna la victoire puis mourut en ce lieu, à bout de sang. Il fut enterré avec les innombrables soldats tués à l'endroit marqué par une grosse pierre blanche dans le jardin de l'église, et un if fut planté. Ce lieu célèbre reçut le nom de "Charnier de Conan", en celte "Conan Carnel" qui fut prononcé Concarnet puis Concreul". En souvenir de cette bataille, Conquereuil a pris d'ailleurs pour armes : "d'azur à la flèche d'argent tombante, et au chef d'hermines".

La seigneurie de Conquereuil passe ensuite entre les mains de la famille d'Auquignac (ou d'Anguignac). En 1560, la châtellenie d'Anguignac (ainsi que Guémené et Jans) est annexée à la baronnie de Derval. Le tour relève alors du roi et du Présidial de Nantes. 

A l'époque féodale, les seigneuries sont celles de Pontveix et d'Anguignac (ou d'Auquignac). Anguignac appartient à Geoffroy (en 1310) et à Jean de Sion (en 1480). Les hommes de lois sont les : Urvoy des Brosses, Cosnuel, Rochedreux de La Hignonnais, Hardy, Poullain. Les familles nobles de Conquereuil sont les de Martel, des Burons, Brillet de Candé.

Note 1 : liste non exhaustive des recteurs de Conquereuil : Pierre Branzay (en 1642), Claude Callouet (en 1670), Etienne Ganachaud (de 1773 à 1817), Michel Durand (de 1817 à 1823), Julien Garçon (de 1824 à 1858), Narcisse Périneau, Alexis Vallais, .....

Note 2 : liste non exhaustive des maires de la commune de Conquereuil : Jean Courbil, Geffriaud avec Riochet adjoint (en 1804), René Heuzé (en 1825), Mathelier (en 1848), Alexis Robin avec Julien Gourbil adjoint (en 1852), Jean Baptiste Geffray (en 1881), Julien Gourbil (en 1904), ..., Cyprien Gourbil, .... Parmi les instituteurs de la commune de Conquereuil, on peut mentionner : Marbac, Pergeline, Bodeloche, Mayneuf, Douillard, Millet, Le Samedy, Lamballe, .... Parmi les institutrices de la commune de Conquereuil, on peut mentionner : Halgan, Valtier, Bidé, .....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de CONQUEREUIL

l'église paroissiale de Conquereuil (1886), dédiée à Saint Donatien et Saint Rogatien. La légende prétend que Saint Donatien et Rogatien avaient un domaine de chasse, à Conquereuil : le Raucouët. Le chemin de croix, œuvre du sculpteur A. Parageau, date des années 1950 : il est composé de 9 panneaux. Les fonts baptismaux datent du XIXème siècle. On y trouve un calice et sa patère du XVIIème siècle, ainsi qu'une bannière datée de 1801. A noter que l'ancienne église avait été fondée par les seigneurs d'Anguignac ;  

la chapelle (XVème siècle) du Grand-Pont-Veix ou Pontveix. Elle dépendait jadis du domaine du Gran-Pont-Veix et avait été construite par les aïeux de Maximilien de La Chênaie, au retour de la septième croisade avec Saint Louis. En 1777, est célébré le mariage de demoiselle Jeanne Urvoy des Brosses avec Mathurin Cosnuel de La Meslais, sénéchal de plusieurs juridictions (signent les Poullains, Dutertre et Hardy parents) ;  

l'ancien château du Grand-Pont-Veix ou Pontveix. Les vieux bâtiments qui composaient la seigneurie de Pontveix, datent du temps du château de la duchesse Anne de Bretagne. En effet, celle-ci avait eu parmi ses précepteurs, maître Maximilien de La Chênaie, seigneur de Pontveix, Anguignac et Montnoël. Après le décès de Maximilien de La Chênaie, le domaine revient à la famille de La Motte d'Andigné qui le conserve durant deux siècles. Une demoiselle d'Andigné épouse en 1728, Fabrony de La Préjenterie, dont la fille épousera à son tour Alexis de Martel, famille alliée aux Mirabeau, de Robien et de Freslon. En 1757, meurt au château de Pontveix, dame Françoise de Gennes, veuve de Louis-Ange de La Motte d'Andigné, seigneur de Pontveix, Montnoël, et conseiller du roi au Parlement de Bretagne. Un comte Porzon de Martel remplace le vieux manoir par un château moderne, mais conserve l'hostellerie, la chapelle, la fuie et la vieille avenue. Porzon de Martel avait été préfet de Napoléon III et fut prétendant à la main de Félicité Dosne, la belle-soeur de Thiers, ce dernier s'opposa au mariage pour des raisons politiques. Gyp, comtesse de Martel, l'arrière petite nièce de Mirabeau, a écrit : Petite Bob, Les Flanchards, Le Mariage de Chiffon, Le Bonheur de Ginette, .... Elle est décédée à 82 ans en 1932 et faisait de fréquents séjours à Pontveix. Le dernier Martel propriétaire de Pontveix est décédé en 1904. Un arrière-neveu, un Le Provost de Launay, hérita du domaine et le transmit à Georges Frèrejouan du Saint (né en 1856 et décédé à Pontveix en 1925). L'allée des chênes date du XVème siècle. Les écuries datent du XVIIème siècle. Le colombier date du XVIIIème siècle ;  

l'ancienne hôtellerie du Grand-Pont-Veix (XVème siècle). La cheminée date du XVème siècle. Le four à pain date du XVème siècle ;  

le château Sainte-Emilie (vers les années 1870), situé route de Pierric ;  

3 moulins dont le moulin du Grand-Pont-Veix et le moulin à vent Duperay ;

A signaler aussi :

la voie romaine (Ier siècle avant Jésus Christ) située au Grand-Pont-Veix. Il s'agit de l'ancienne voie romaine reliant Blain au Grand-Fougeray ;    

on y signale des retranchements connus sous le nom de "Grands Fossés", formant un énorme camp ;  

l'ancien manoir d'Anguignac, propriété de la famille d'Anguignac aux XIIIème et XIVème siècles, puis des seigneurs de Sion et de Boeuvres. Vers 1500, Hélène de la Chapelle, dame de Boeuvres, vend le domaine à Guillaume Harrouis. Le domaine est ensuite annexé à la baronnie de Derval par le connétable de Montmorency. En 1500, la châtellenie d'Anguignac, membre de Derval, consiste en : "Le manoir et herbrégement d'Anguignac en Conquereuil, avec ses cour, bois et terres et un moulin à vent ruisné ; - les mestairies des Hault et Bas-Anguignac et de la Rivère ; - un bois et une autre terre en Beslé ; - une haulte juridiction s'étendant en Conquereuil, Derval et Guémené avec gibet à quatre poteaux, justice forestière et fondation de l'église de Conquereuil ; - des dîmes en Conquereuil et Guémené ; - les coutumes du bourg de Conquereuil sur les marchandises estalées le jour Saint-Donatien et Saint-Rogatien ; enfin les rentes ordinaires par deniers, avoine, chapons, poules, etc. " (Déclaration de Derval en 1550) ;  

le puits Saint-Louis (XIXème siècle), situé place de l'Eglise ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de CONQUEREUIL

La châtellenie d'Anguignac appartint aux XIIIème et XIVème siècles à la famille de ce nom, puis passa par suite d'alliances aux seigneurs de Sion et de Bœuvres. Vers 1560, Hélène de la Chapelle, dame de Boeuvres, l'ayant vendue à Guillaume Harrouis, elle fut retirée féodalement par le connétable de Montmorency qui l'annexa à sa baronnie de Derval. Cette seigneurie devait avoir à l'origine une certaine importance, mais au XVIIIème siècle elle se trouvait morcelée et formait plusieurs fiefs tenus par divers seigneurs en Conquereuil, Derval, Fougeray et Pierric (Archives d'Ille-et-Vilaine, C 1819).

Voici en quoi consistait la châtellenie d'Anguignac, membre de Derval en 1550 : « Le manoir et herbrégement d'Anguignac en Conquereuil. avec ses cour, bois et terres et un moulin à vent ruisné ; — les mestairies des Hault et Bas-Anguignac et de la Rivière ; — un bois et une autre terre en Beslé ; — une haulte juridiction s'étendant en Conquereuil, Derval et Guémené avec gibet à quatre poteaux, justice forestière et fondation de l'église de Conquereuil ; — des dîmes en Conquereuil et Guémené ; — les coutumes du bourg de Conquereuil sur les marchandises estalées le jour Saint-Donatien et Saint-Rogatien ; enfin les rentes ordinaires par deniers, avoine, chapons, poules, etc. » (Déclaration de Derval en 1560).   

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.