Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Cloîtriens

LE CLOITRE-PLEYBEN

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Pleyben  

La commune de Le Cloître-Pleyben (pucenoire.gif (870 octets) Ar Hlostr) fait partie du canton de Pleyben. Le Cloître-Pleyben dépend de l'arrondissement de Châteaulin, du département du Finistère (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Le Cloître-Pleyben, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE du CLOITRE-PLEYBEN  

Le Cloître-Pleyben vient du latin « claustrum » (enceinte, monastère).

Le Cloître (-Pleyben), ancienne trève de la paroisse de Pleyben, érigée en commune lors de la Révolution et paroisse lors du Concordat, doit son origine à un établissement monastique fondé par les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem.

La paroisse de Le Cloître-Pleyben dépendait autrefois de l'évêché de Cornouaille. Le Cloître est dénommé Le Cloître-Pleyben en 1955.

On rencontre les appellations suivantes : Cloistre (en 1426), Le Clostre (en 1535), Le Cloestre (en 1536).

Note : Liste non exhaustive des Curés du Cloître (aujourd'hui Cloître-Pleyben) : - 1644 : François Le Gallou. - 1770-1783 : Yves Salaun, né à Lennon, nommé recteur de Penhars. « Homme de mérite, missionnaire français et breton ». - 1783-1792 : Germain Plassart, né au Cloître, vicaire ; et Jean Joncourt, prêtre de Pouldergat. Ils refusèrent le serment, furent internés aux Capucins de Landerneau, 1793-1796, puis déportés à Rochefort. Mgr. de Saint-Luc écrivait, en 1779, que cette paroisse était difficile à gouverner ; aussi n'est-on pas étonné de voir M. Le Coz, de Carhaix, écrire, le 4 Octobre 1815, à Monseigneur : « Le bonhomme Bozec (72 ans), a la fantaisie de quitter le Cloître ; il n'y a pas de presbytère, on ne paie pas les fondations ; il n'ose trop crier contre les détenteurs injustes des titres, de peur d'éprouver le même sort que M. Ménès, qu'il croit avoir été assassiné pour la même raison ». - 1804-1810 : Jean Quéré, de Scrignac. - 1810-1816 : François Le Bozec. - 1819-1856 : Jean Le Dem, de Plouhinec. - 1856-1862 : Olivier Breton, de Carantec. - 1862-1873 : Alain Cloarec, de Guiclan. - 1873-1880 : Louis Corre, de Saint-Servais. - 1880-1882 : Yves Hénaff, de Lanhouarneau. - 1882-1887 : Pierre Kerebel, de Ploumoguer. - 1887-1894 : Yves Le Coz, de Plouescat. - 1894 : François Cocaign, ..... Liste non exhaustive des Vicaires du Cloître (aujourd'hui Cloître-Pleyben) : - 1850 : Yves-Marie Guillerm. - 1866 : Guillaume Iliou. - 1869 : Arsène Lahaye. - 1871 : Eugène Prigent. - 1875 : François Le Roux. - 1884 : Jean-François Picard. - 1896 : Albert Berthou. - 1902 : Joseph-Louis Desnos, ... (Archives de l'Evêché).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE du CLOITRE-PLEYBEN

l'église Saint-Blaise (XVI-XIXème siècle). L'édifice comprend une nef avec bas-côtés de quatre travées, un transept et un choeur. Le choeur date du XIXème siècle. Le clocher, à une galerie, date de 1538 : la cloche date de 1696. Le maître-autel et le retable, oeuvre de l'atelier Le Déan, datent du XVIIème siècle (vers 1670). Le bénitier en bronze date de 1677. On y trouve une bannière du XVIIème siècle et des statues anciennes dont celle de saint Yves, sainte Catherine, saint Michel, saint Paul, saint Jean-Baptiste et la sainte Vierge ;

Nota : L'église paroissiale a tous les caractères du XVIème siècle, sauf le clocher, dont la galerie à balustres carrés semble indiquer le siècle suivant, quoique la flèche conserve toujours une allure gothique. La tourelle d'escalier est couronnée d'un dôme rond et d'un lanternon. L'abside à pans coupés a été ajoutée dans la dernière moitié du XIXème siècle. A l'intérieur, l'édifice se compose d'une nef, deux bas-côtés et deux branches de croix, avec l'abside de date récente. Les deux autels du transept sont du XVIIème siècle. Dans celui du transept Nord est une peinture sur bois représentant l'Annonciation. Les colonnes du retable sont ornées à leur partie inférieure de guirlandes de fleurs et de roses et surmontées de chapiteaux corinthiens. Dans les niches sont les statues de saint Paul, apôtre, et de saint Jean-Baptiste. Tout à côté, au-dessus de la porte de la sacristie, se trouve une jolie statue de saint Michel, foulant un dragon qui s'agrippe rageusement à ses jambes. A l'autel du Midi, du même dessin que celui du Nord, se voit une vieille statue de sainte Catherine d'Alexandrie, foulant aux pieds le buste du tyran Maximin. A l'angle du transept est le groupe de saint Yves entre le riche et le pauvre, analogue à ceux que l'on trouve dans les églises de cette région : Pleyben, Gouézec, chapelles de Quilinen et de Saint-Vennec. Le maître-autel, composé de panneaux à festons et arabesques, a un tabernacle surmonté d'un lanternon très ornementé. Aux angles de l'abside sont les statues de Notre-Dame de Lorette et de saint Blaise, patron de la paroisse. Près du catafalque, et servant aux services funèbres, est un bénitier en bronze dans le genre de ceux qui se voient à Loqueffret, Brennilis, Kergoat, etc., et portant une inscription qu'on ne peut lire qu'incomplètement : 1677 . . . . YON . CREN . ET . MARIE . SA . FEMME . DE . LA . PAROISSE . DE . BERYUN. On conserve aussi une belle bannière brodée, du XVIIème siècle, portant une ornementation de bouquets de fleurs et de fleurons absolument du même style et du même dessin que les vieilles bannières de Guimiliau, Lampaul, Plougourvest et autres. Au côté Ouest du cimetière est un ossuaire dont la façade est percée de cinq arcades à plein-cintre, du XVIIème siècle, et d'une porte en anse-de-panier. Non loin de cet ossuaire est une croix reposant sur un large soubassement carré, percé d'une petite niche sur chacune de ses faces ; dans ces niches on a placé séparément les trois personnages d'un ancien groupe : saint Yves, le riche et le pauvre (MM. Peyron et Abgrall, 1906).

la chapelle Saint-Jean-Baptiste (XVIIème siècle), située à Coat-an-Illis et fondée probablement par les chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, devenus plus tard les chevaliers de Malte ;

la chapelle Saint-Voirin ou Goarin (1763), ancienne possession de l’abbaye de Landévennec au XIème siècle sous la forme de saint Warhen. En forme de croix latine, elle a été reconstruite au XVIIIème siècle. On y trouve les statues de la sainte Vierge et de saint Voarin en évêque. On voyait jadis près de la chapelle une fontaine de dévotion ; 

l'ancien ossuaire (1651), démoli en 1952 et remonté à Plougastel-Daoulas ;

le calvaire du placitre de l’église (XVIème siècle) ;

le calvaire du placitre de la chapelle Saint-Voirin (XVIème siècle), restauré en 1836. Le Christ est surmonté d'un angelot et en arrière, la sainte vierge est couronnée par un angelot ;

d'autres croix ou vestiges de croix : Croaz-Lanneguer (XXème siècle), la croix du cimetière de Le Cloître-Pleyben (1885), Saint-Jean (XIXème siècle) ; 

le manoir de Kerdanet (XVIIIème siècle) ;

la fontaine du Placitre (1824) ;

4 moulins ;

A signaler aussi :

la motte féodale de Kerrouet ;

le souterrain de Quinquis et de Cleuz-Guen (âge du fer) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE du CLOITRE-PLEYBEN

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.