Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Chapelle-neuvois

LA CHAPELLE-NEUVE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Locminé  

La commune de la Chapelle-Neuve (bzh.gif (80 octets) Ar Chapel-Nevez) fait partie du canton de Locminé. La Chapelle-Neuve dépend de l'arrondissement de Pontivy, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur La Chapelle-Neuve, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de LA CHAPELLE-NEUVE 

La Chapelle-Neuve est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plumelin. 

La chapelle est le siège d’une confrérie du Saint Sacrement. La Chapelle-Neuve est érigée en succursale de Plumelin qui dépendait du doyenné de Porhoët. Puis en 1808, elle redevient simple chapelle de la paroisse de Plumelin. 

En 1847-1848, La Chapelle-Neuve est détachée de la paroisse de Plumelin. Elle est érigée en commune en 1867.

Note : La Chapelle-Neuve, démembrée de Plumelin, est bornée au nord par Guénin, à l'est par Plumelin, au sud par Pluvigner, à l'ouest par Camors et Baud. Elle forme une longue bande de territoire du nord au sud. Sa superficie est de 2160 hectares, arrosés par le Tarun et ses affluents ; il reste encore bien des landes au nord et au sud. En 1891, sa population comprend 1174 habitants. Le bourg, situé sur le côté ouest du territoire, est à 4 kilomètres de Plumelin et à 8 de Locminé. Il ne reste dans ce quartier aucun vestige connu de la période celtique. Il en est absolument de même pour la période romaine, malgré la voie qui passe au nord. Les Bretons y sont venus au VIème siècle, et leur langue s'y parle encore aujourd'hui (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de LA CHAPELLE-NEUVE

l'église Notre-Dame-de-la-Fosse (XV-XVIIIème siècle). Le nom d'origine de cet édifice du XVème siècle est Itron Varia er Fons (Notre-Dame de la Fontaine). Il s'agit d'une ancienne chapelle, construite par les seigneurs de Rohan vers la fin du XVIème siècle, semble-t-il, à l'exception de la tour-porche qui date de 1700. L'édifice est de plan rectangulaire, terminé par un choeur polygonal, élevé dans un dernier quart du XVIème siècle. L'encadrement des portes et les pinacles des contreforts sont décorés de motifs Renaissance. Un cadran solaire, sur le mur méridional, porte la date de 1576. La charpente avec ses entraits à têtes de crocodiles, ses sablières décorés de figures humaines, de fleurons et de rinceaux, est datée de 1594 et 1595. Une sacristie, édifiée en 1660, a bouché la fenêtre centrale du choeur. En 1700, on fit le porche occidental sur lequel fut élevée une tour carrée, surmontée d'une flèche polygonale et flanquée, au Nord, d'une tourelle d'escalier. Le chevet à trois pans est de type Beaumanoir. Le retable du maître-autel, oeuvre de l'atelier Le Denmat de Locminé, date du début du XVIIIème siècle ;

Nota : La chapelle de Notre-Dame de La Fosse, reconstruite au XVIème siècle, porte depuis ce temps le nom de Chapelle-Neuve. C'est un édifice de forme rectangulaire, avec un choeur polygonal, le tout en belles pierres de taille ; il mesure 24 mètres sur 7 environ. Les contreforts sont surmontés de pinacles de style renaissance. Le cadran solaire porte la date de 1576, et les sablières portent des noms de 1594 et 1595. — En 1660, on construisit une sacristie, qui cache malheureusement la fenêtre du fond du choeur ; et, en 1700, on éleva la tour avec sa flèche polygonale en pierre. Sans avoir le titre de trêve, Notre-Dame de la Fosse avait un prêtre résident ; elle jouissait de la faveur de conserver la sainte Eucharistie dans le tabernacle ; et, depuis 1613, elle était le siège d'une confrérie du Saint-Sacrement, enrichie d'indulgences par le pape Paul V. C'était de plus un lieu de pèlerinage, où l'on conduisait deux fois par an, le 15 août et le 2ème dimanche après Pâques, les enfants qu'on voulait mettre sous la protection de la sainte Vierge et préserver de la fièvre. Deux chapellenies y avaient été fondées : — 1. Celle de Notre-Dame, dotée d'une maison, d'un jardin et de prés, non loin de la chapelle. — 2. Celle de Clestivant, fondée vers 1710, et dotée d'une métairie située au village de ce nom par le seigneur de Kerguh. La chapelle publique de Locmaria se trouve à 2 kilomètres au sud-ouest de Notre-Dame de la Fosse. C'est un édifice en forme de croix latine, dont la nef présente des fenêtres romanes étroites, et dont le choeur, en grand et moyen appareil, est de style ogival flamboyant ; dans le vitrail on voit encore les armes de Pontsal et du Botderu. Les chapelles domestiques du Boterff et de Kerbourvelec sont aujourd'hui en ruines. C'est ici que M. Noury, obtint par le concours, la cure de Bignan qu'il choisit de préférence à celle de Baud. Lors de la Révolution, M. Michel, chapelain, fut arrêté chez lui par deux gendarmes. Il les invita à boire et à manger ; pendant ce temps, il sautait par une fenêtre de derrière et se sauvait. En 1802, à la restauration du culte, la Chapelle-Neuve fut érigée en succursale, et se vit attribuer une population de 823 habitants, pris sur Plumelin. En 1808, au remaniement des circonscriptions paroissiales, elle perdit son titre et redevint simple chapelle de la paroisse de Plu­melin, parce qu'elle était un foyer de chouannerie et que M. Guillo, recteur, était le secrétaire du comité royaliste du Morbihan. Enfin le 18 octobre 1848, elle obtint une nouvelle érection en succursale, et, quelques jours après, la nomination d'un recteur. Son érection en commune a eu lieu le 15 juin 1867 et a consommé sa séparation de Plumelin. On y trouve ici quantité de petites pierres avec une croix bien dessinée de chaque côté ; c'est ce qu'on appelle des staurotides, ou staurolithes (Joseph-Marie Le Mené - 1891).

la chapelle Notre-Dame de Locmaria (XI-XVIème siècle), reconstruite à la fin du XVIème siècle au village de Locmaria. Il s'agit d'un édifice en forme de croix latine, qui a conservé quelques traces de la construction antérieure, en particulier de petites fenêtres romanes très ébrasées à l'intérieur. Le choeur, à chevet plat, est percé d'une grande fenêtre à réseau flamboyant, qui présente encore quelques fragments de vitraux de la fin du XVIème siècle. La chapelle est couverte d'une charpente à sablières et entraits grossièrement sculptés ;

le calvaire de Locmaria (XVIème siècle) ;

la croix du cimetière (1745). La date de 1745 est gravée sur le soubassement. La croix est celtique ;

la fontaine Notre-Dame-de-la-Fosse (1628 ou 1698), restaurée en 1979  ;

le manoir de Kerbourvellec (XVème ou XVIIème siècle), restauré, semble-t-il, vers 1763. La seigneurie appartenait en 1508 à la famille Botdéru, puis vers 1708 à la famille Gouvello. Il fut habité jusqu'en 1968 par la famille Bellego. La chapelle privée était en ruine dès la fin du XIXème siècle. Sur la façade se voyaient jadis des armoiries sculptées en plusieurs endroits : celles des Botdéru, seigneurs de Kerbourvellec jusqu'au début du XVIIIème siècle ;

A signaler aussi :

le dolmen du Roch-Du (ou loge Golvan), daté de 3000 ans avant Jésus-Christ et situé dans la forêt de Floranges ;

l'ancien manoir de Boterff. La seigneurie appartenait en 1600 à la famille Sarrazin, puis à la famille Langle. Leurs armoiries sont sculptées sur le porche. Le manoir possédait autrefois une chapelle privée, ruinée dès la fin du XIXème siècle ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de LA CHAPELLE-NEUVE

Les seigneuries de la Chapelle-Neuve étaient :

1.      Le Boterf, aux Sarrazin en 1600, puis aux de Langle.

2.      Kerbourvelec, aux Botderu en 1536 et 1708, puis aux Gouvello.

3.      Kerguh, à la famille de ce nom, puis aux Lavalette.

4.      Kerjosse, aux Botderu dès 1450.

5.      Locmaria, aux de Langle.

(de Joseph-Marie Le Mené).

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de La Chapelle-Neuve. La paroisse de La Chapelle-Neuve dépendait autrefois de Plumelin.

© Copyright - Tous droits réservés.