Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Chancéens

CHANCE

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Châteaugiron  

La commune de Chancé (pucenoire.gif (870 octets) Kantieg) fait partie du canton de Châteaugiron. Chancé dépend de l'arrondissement de Rennes, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Chancé, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de CHANCE

Chancé vient du gaulois "Cantius" et du suffixe "acum". 

L'histoire du prieuré de Chancé, membre de l'abbaye de la Roë et fondé au commencement du XIIème siècle, nous prouve que dès cette époque existe la paroisse de ce nom. En effet, la paroisse de Chancé, qui dépendait autrefois de l'ancien évêché de Rennes, existe déjà en 1107 date à laquelle Hugues de Saint-Germain, seigneur de Saint-Germain-du-Pinel, et Rainier, son frère, font don de l'église de Chancé à l'Abbaye de la Roë (Anjou). La cure de Chancé étant unie au prieuré.

La principale seigneurie de la paroisse, Changé, avait un droit de haute justice. Comprise dans le canton de Piré et le district de la Guerche-de-Bretagne en 1790, Chancé est rattaché au canton de Châteaugiron en 1801. 

On rencontre les appellations suivantes : ecclesia quoe vocatur Chanceinus (en 1107), ecclesia de Chanceio (en 1130), Chanceyum (en 1516).

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse de Chancé : Frère Jean Le Milleriex (décédé vers 1477), Frère Maurice de Ponce (en 1477), Louis de la Barre (en 1500), Julien Frenchart (avant 1507), Michel Choppin (en 1507), André Hubert (vers 1616 et jusqu'en 1638, inhumé dans l'église de Louvigné-de-Bais), Jean Marcigay (1638-1656), Jean Noury (1656-1679), Frère Jean Marcigay (en 1679 et en 1682), Frère Julien-Jean Mouézan (en 1698 et en 1720), Frère Julien-Marie Le Gault (avant 1742), Frère Paul-François André (1742-1773), Frère Jean-Auguste Vissaiche (1773-1783), François-Félix Gaultier (1783-1789), Joseph Bitault (1803-1808), N... Guémin (1808-1815), Pierre-René Jamier (1816-1854), Jean Daniel (1854-1874), Jean-Marie Gérard (à partir de 1874), ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de CHANCE

l'église Saint-Pierre (XVI-XIX-1950). Dédiée à saint Pierre dès l'an 1136, cette église se compose d'une nef avec chevet droit, accompagnée de deux chapelles d'inégale grandeur ; ce chevet et la chapelle du Sud sont ajourés de fenêtres flamboyantes du commencement du XVIème siècle ; la chapelle du Nord n'a qu'une ouverture trilobée. La nef est moderne, mais sur la façade occidentale on a eu le bon esprit de replacer un ancien écusson représentant un lion ; ce doit être le blason de la famille Hay de Bonteville, qui porte : de sable au lion morné d'argent, et qui possédait au siècle dernier, en Chancé, l'ancien manoir de Changé et le fief de la Pilate, le tout faisant partie de sa seigneurie de la Montagne, en Visseiche. Dans la fenêtre, assez belle, du chevet sont les débris encore intéressants d'une ancienne verrière : au centre apparaît Jésus crucifié ; des anges recueillent son sang précieux dans des coupes ; Magdeleine embrasse l'arbre de la croix ; la Sainte Vierge et saint Jean contemplent debout cette émouvante scène. Au bas de la vitre est agenouillée une châtelaine, la donatrice vraisemblablement, dont on ne voit plus les armoiries ; au sommet apparaît le Père-Eternel tenant son divin Fils entre ses bras et accompagné de l'Esprit-Saint. Le reste de la fenêtre est rempli par des restes informes de personnages divers et par trois petites scènes modernes représentant le martyre de saint Etienne, la Résurrection et l'Ascension. Remarquons encore dans cette église les pittoresques « engoulements » des tirants et sur les sablières quelques sculptures, entre autres la représentation des quatre Evangélistes. Au haut de la nef, au-dessus du premier tirant, apparaît aussi ce vieux Christ que l'on voyait jadis dans un si grand nombre d'églises, mais qu'on enlève maintenant partout de cet endroit. Le maître-autel, daté de 1717, n'offre rien d'intéressant. En 1654, le pape Innocent X accorda des indulgences à tous ceux qui visiteraient l'église de Chancé le jour Saint­Médard. En 1663, Jean Noury, prieur-recteur de Chancé, obtint dans son église l'érection de la confrérie du Saint-Sacrement (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 41). Le clocher date du XVIème siècle. Les deux cloches datent de 1826 et de 1852. La nef est allongée en 1848. La sacristie date de 1622. Le pignon ouest est reconstruit vers 1950. Le tabernacle, oeuvre des sculpteurs Mathurin Allain et David, date de 1634 et il est restauré en 1717. Le retable Saint-Georges date de 1640 : on y trouve une peinture intitulé "Prédication de Jean Baptiste" et les statues de saint Georges, saint Denis et saint Etienne . La chaire date de 1700-XIXème siècle : elle a été restaurée au XIXème siècle. Le Chemin de Croix date du XIXème siècle. On y voyait autrefois les armes de la famille Hay, seigneurs de Bonteville et possesseurs au XVIIIème siècle du manoir de Changé ; 

la chapelle Saint-Marc-et-Saint-Marcoul (1653-XXème siècle). Par acte du 10 février 1653, Jean Bigot, sieur de la Corbinaye, donna un terrain proche la Croix-Bouëxée à Jean Marcigay, prieur-recteur de Chancé, pour y bâtir une chapelle. Cette construction ayant été faite, Jean Marcigay y fonda, le 27 février 1654, une messe tous les jeudis, puis il donna cette chapelle et ses revenus à la fabrique de Chancé, qui s'obligea à la faire desservir et à l'entretenir. L'évêque de Rennes approuva tous ces actes le 17 septembre 1654 (Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 9 G, 41). Cette chapelle fut dédiée dès l'origine à saint Marc et à saint Marcoul ; située à l'entrée du bourg, elle a été entièrement restaurée dans les années 1880 puis à la fin du XXème siècle. Le retable de Saint-Marc, oeuvre du menuisier Gandon, date de 1774 ; 

la croix (1880) ; 

le manoir de Changé (XVII-XXème siècle). Il avait un droit de haute justice. Mentionné dès 1427 comme appartenant à la famille Beloczac. Puis propriété successive des familles Québriac (en 1541), Langan (en 1573), Hay (en 1714 et en 1789). Il est reconstruit au XVIIème siècle par la famille Langan. Il possède un moulin à vent ; 

2 moulins : Taillepied et Changé ; 

A signaler aussi : 

l'ancien manoir du Plessis ; 

l'ancien manoir de Nuézel. Il était à la famille Denée en 1427 

l'ancien prieuré Saint-Pierre de Chancé, aujourd'hui disparu. C'est aux seigneurs de Saint-Germain-du-Pinel qu'est due la fondation du prieuré de Chancé. En 1107, en effet, Hugues de Saint-Germain et Rainier, son frère, « Hugo de Sancto Germano et Rainerius frater ejus », donnèrent à Quintin, abbé de la Roë, l'église de Chancé, « ecclesiam quoe vocatur Chanceinus », avec toutes ses dépendances, c'est-à-dire : tout ce qui se trouvait à l'intérieur même de l'édifice, — le tiers des dîmes de la paroisse, — une borderie formée par le seigneur du fonds de sa propre terre, — et enfin tout le fief que ce même seigneur possédait dans la paroisse (« Cum omnibus ad eam pertinentibus videlicet : quidquid intra parietes ecclesie confertur, et terciam parte, decime, et bordagium unum de propria terra sua, et quidquid de feodo suo in eadem parochia » - Archives départementales de la Mayenne) . En 1130, Hamelin, évêque de Rennes, confirma les religieux de la Roë dans la possession de l'église de Chancé, « ecclesiam de Chanceio », tout en réservant ses droits épiscopaux et ceux de son archidiacre. Six ans plus tard, le pape Innocent II accorda de semblables lettres de confirma­tion à Robert, abbé de la Roë, lui assurant ainsi la possession de l'église Saint-Pierre de Chancé, « ecclesiam Sancti Petri de Chanceio » (Abbé Tresvaux, Histoire du diocèse d'Angers, I, 520). Tombé en commende, le prieuré de Chancé était administré par des prêtres séculiers aux XVIème et XVIIème siècles, mais les chanoines de la Roë rentrèrent au XVIIIème siècle en possession de ce bénéfice, qu'ils administrèrent jusqu'en 1783. Le 10 octobre 1680, Jean Marcigay, prieur-recteur de Chancé, fit au roi la déclaration de son bénéfice, composé « d'une vieille maison priorale avec ses dépendances ; — d'une autre maison contiguë ; — enfin d'une grange et d'un jardin ».  Mais il est certain qu'il jouissait, en outre, d'une grande partie, sinon de la totalité des dîmes de la paroisse, car, en 1790, son successeur François Gaultier évaluait le revenu du prieuré-cure de Chancé à 2 117 livres, toutes charges déduites (Archives nationales P. 1708 et archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 1 V, 29) (Pouillé de Rennes) ; 

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de CHANCE

Lors de la Réformation faite en 1427, dans l'évêché de Rennes, par les commissaires Alain Le Jambu et Jamet Baude, plusieurs nobles sont mentionnés à Chancé (36 contribuants et 12 mendiants) :

Jean de Monfroment, sergent noble ;

Olivier de Beloczac, sr. du manoir de Changé ;

Guillaume de Denée, sr. de la métairie de Moaisel (Nuezel).

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.