Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Bovellois

BOVEL

  Retour page d'accueil        Retour Canton de Maure-de-Bretagne  

La commune de Bovel (bzh.gif (80 octets) Bovel) fait partie du canton de Maure-de-Bretagne. Bovel dépend de l'arrondissement de Redon, du département d'Ille-et-Vilaine (Bretagne).      

Vous possédez des informations historiques sur Bovel, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de BOVEL

Bovel vient du gaulois "bove" (grotte) ou de l'ancien français "bovel" (jeune bœuf). 

Bovel est l'une des chapelles qui fait partie de l'ancienne paroisse d'Anast (Maure) en 843. Au dire d'une curieuse tradition, les boeufs, qui traînaient la charrette sur laquelle on avait placé une statue de la Vierge pour la porter dans l'église paroissiale de Maure, refusèrent d'avancer, et l'on décida de lui élever un sanctuaire au lieu même où elle avait été découverte : telle est l'origine de la chapelle primitive (Pouillé de Rennes). Il s'agit d'une ancienne chapelle frairienne de Maure-de-Bretagne. La chapelle de Bovel est attestée au XVIIème siècle comme un lieu de pèlerinage. 

Le Pouillé de Rennes précise que Notre-Dame de Bovel, antique chapelle frairienne de Maure, a donné naissance à la paroisse de Bovel, dont le territoire fut légalement distrait de Maure en 1836, mais reçut un recteur dès 1831. Les vieux paysans racontent à leur façon les commencements de cette chapelle, de manière à donner une certaine explication du nom qu'elle porte depuis des siècles. On aperçut un jour, disent-ils, sur les vastes landes d'Anast une statue de la Très-Sainte Vierge posée sur la bruyère. Quelqu'un s'avança étonné et plaça la sainte image sur une charrette traînée par des boeufs, se promettant de la conduire à l'église de sa paroisse. Mais à peine le rustique attelage eut-il descendu la lande et fut-il engagé dans la vallée marécageuse dominée par le manoir du Bois-Denast que les boeufs s'arrêtèrent subitement, et ni les menaces ni les coups ne purent les faire avancer. On comprit alors que Notre-Dame voulait que sa statue fût honorée en ce lieu ; et, en effet, comme pour affermir les gens dans cette pieuse idée, Dieu permit qu'une fontaine jaillît à côté de l'endroit choisi par la Sainte Vierge ; on éleva donc un sanctuaire en l'honneur de Marie et l'on y posa dévotement la statue que l'on y vénère encore maintenant. Il est question de la chapelle de Bovel, en 1695, dans un aveu que rendit au roi Marie-Anne Colbert, duchesse de Mortemart et comtesse de Maure. Il y est dit : « Ladite dame a droit de prendre, faire prendre et lever aux jours de fêtes et assemblées qui sont, par chacun an, en la chapelle de Bovel, de tous vendants vin par menu et détail deux pots par chacune pipe de vin. Elle a également droit de coutume et étalage de tous vendants marchandises près et environ ladite chapelle dont elle est fondatrice ». Dès cette époque il se tenait, en effet, à Bovel une foire considérable, « le lendemain de la Notre-Dame de septembre », et l'on voyait accourir de très-loin non-seulement des marchands de toutes sortes, mais encore des troupes entières de pieux pèlerins qui venaient honorer Marie dans son sanctuaire le jour même de la fête. « Auquel jour de la Nativité de la Sainte Vierge, dit un autre vieux titre de 1690, il y a assemblée en la chapelle fort ancienne de Bovel, et le recteur de Maure y reçoit le tiers des oblations ; le chapelain en reçoit l'autre tiers, et la troisième partie de ces dons demeure pour l'entretien de ladite chapelle » (Archives paroissiales de Maure - Archives départementales de la Loire-Inférieure). Dès 1648, demoiselle Armelle Filly fonda, le 14 mars, deux messes par semaine, qu'elle dota de 50 livres de rente sur la métairie de la Mantionnaye ; or, en 1690 cette fondation était desservie dans la chapelle de Bovel par Geffroy Hédreul, qui venait y dire la messe tous les dimanches et fêtes. Ce même Geffroy Hédreul desservait aussi au même lieu une autre fondation faite à une époque reculée par un prêtre nommé Raoul Bouessel, et assise sur une maison du village des Gareaux. Vers 1690, Sébastien du Boishamon présenta cette chapellenie à M. Hédreul, en qualité de seigneur du Bois-Denast (Archives paroissiales de Maure - Archives départementales de la Loire-Inférieure). Il est à remarquer que le presbytère de Bovel se trouve actuellement situé au village même des Gareaux (Pouillé de Rennes).

La chapelle de Bovel est érigée en paroisse indépendante de Maure-de-Bretagne en 1836 : elle dépendait jadis de l'ancien évêché de Saint-Malo. Bovel est érigé en commune en 1872. 

Note : liste non exhaustive des recteurs de la paroisse de Bovel : Pierre Thomas (1831, décédé en 1853), Mathurin Lorent (1853-1864), Louis-Marie Onffroy (1864-1874), Marie Guillois (1874-1881), Emile Besnou (à partir de 1881), ....

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de BOVEL

l'église Notre-Dame (XV-1720-1869), oeuvre de l'architecte Arthur Regnault. L'église de Bovel est presqu'entièrement neuve et a été bénite le 1er mai 1869. On y a transféré avec raison un joli portail de la renaissance (XVème siècle) appartenant à l'ancienne chapelle (nota : on voyait autrefois dans cette chapelle les armoiries des comtes de Maure et des seigneurs du Bois-Denast ; la tour avait été batie en 1720 par Pierre de la Noë de Coëtpeur, seigneur du Bois-Denast) ; il se compose de cinq voussures en plein cintre retombant sur des colonnettes à chapiteaux ornés de feuillages ; un trumeau y forme deux portes jumelles et une niche occupe le tympan. Dans ce modeste sanctuaire, reconstruit simplement mais avec goût, on honore la statue miraculeuse de Notre-Dame. Non loin de l'église se trouve également, à l'entrée des bois du Bois-Denast, la fontaine dont nous avons parlé. A la fête de la Nativité, le concours des pèlerins est toujours nombreux à Bovel, et l'on voit tous ces bons villageois aller respectueusement à la fontaine de la Vierge, y puiser et y boire de l'eau, jeter ensuite une petite pièce de monnaie dans la source, puis se rendre à l'église et y terminer leur pèlerinage aux pieds de la statue vénérée. Le lendemain de la fête on épuise la fontaine pour en retirer les offrandes. Enfin, auprès de l'église s'élève une croix et se trouvait jadis une épine blanche ; au XVIIème siècle, le propriétaire de la Grand'Maison, petit manoir voisin de l'ancienne chapelle de Bovel, devait déposer chaque année, au pied de cette croix ombragée par l'épine, une paire de gants blancs, en rendant hommage au seigneur du Bois-Denast. L'ancienne église de Bovel, chapelle frairienne de Maure dès 843 possédait des vitres aux armes des seigneurs de Maure et de leurs alliances. Une statue en pierre de la Vierge Marie date du XIVème siècle ; 

la croix de bois (XIXème siècle), située au carrefour de La Grée ; 

les maisons (XVI-XVII-XVIIIème siècle), situées au lieu-dit La Trouesset ; 

A signaler aussi : 

on voyait autrefois, près de l'église de Bovel, le petit Manoir de la Grande-Maison ou Château de Bovel qui appartenait en 1648 à la famille la Perche, seigneurs de la Rousselye ;

le manoir du Bois-Denast ou du Bois d'Anast, situé route de la Chapelle-Bouëxic et édifié sur l'emplacement semble-t-il de l'ancien château d'Anast. Il a été reconstruit au début du XIXème siècle. Propriété successive des familles de Beczac (en 1513), Grattemy dits du Boishamon (au XVIIème siècle), Gentil seigneurs de Coëtpeur (en 1724 et en 1789) ;

le manoir de la Roche-Cotterel, situé route de la Chapelle-Bouëxic. Il possédait jadis une chapelle privée. En 1626, François Fournier, seigneur de Launay-Saint-Pern, fonda de 30 livres la chapelle de son manoir de la Roche-Cotterel pour une messe par semaine. Plus tard, Gilles des Haies (ou Hayes), sieur de la Ménuraye, acquéreur judiciel de cette maison noble, déclara en 1790 qu'il faisait desservir cette chapelle tous les dimanches et fêtes par Guillaume Jagu, auquel il payait une rente de 50 livres (Pouillé de Rennes). Propriété successive des familles du Frost, de la Roche (en 1426 et en 1513), Buynart, de la Roche, Fournier seigneurs du Trélo (en 1598 et en 1626), Hayes (vers 1690), le Bel (vers 1705), du Guiny (vers 1738 et en 1789) ;

le Châtel de la Roche, situé route de la Chapelle-Bouëxic. Il s'agit d'une enceinte circulaire entourée de fossés ;

l'ancien manoir de la Harelaye, situé route de la Chapelle-Bouëxic. Propriété de la famille Harel en 1513 ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de BOVEL

Dans la liste des feudataires (teneurs de fief) des évêchés de Saint-Malo et Dol en 1480, on comptabilise la présence d'aucun noble de Bovel. Bovel dépendant jadis de Maure (Maure-de-Bretagne).

© Copyright - Tous droits réservés.