Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Bonovistes

LE BONO

  Retour page d'accueil        Retour Canton d'Auray  

La commune du Bono (bzh.gif (80 octets) Ar Bonoù) fait partie du canton d'Auray. Le Bono dépend de l'arrondissement de Lorient, du département du Morbihan (Bretagne). 

Vous possédez des informations historiques sur Le Bono, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE du BONO 

Le Bono vient, semble-t-il, de « er benew » (la limite) ou du mot gallo "bono", signifiant "marécage".

Le territoire de Le Bono est un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Plougoumelen. Le Bono est érigé en commune en 1947.

Nota : Au début du XXème siècle, Le Bono n'était qu'un petit village de pêcheurs groupé autour d'un port . Le Bono a connu autrefois une activité importante avec environ 400 marins et plus de 100 bâteaux.

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE du BONO

la chapelle Notre-Dame-de-Becquerel (XIVème siècle), reconstruite à la fin du XVIème siècle, dans un lieu isolé, sur les bords de l'étang de Kervilio. C'est un édifice en forme de croix latine dont le chœur à chevet plat est construit sur une fontaine miraculeuse qui jaillit dans un renfoncement de la muraille, formant une grande niche sous un arc en tiers-point qui, comme la grande fenêtre du chevet à réseau composé de trilobes et de quadrilobes, doit être un remploi de la construction primitive. Les croisillons ouvrent sur le transept par deux arcades, l'une en plein cintre, l'autre à cintre légèrement brisé, dont les moulures pénètrent directement dans la muraille d'une part, et dans des piles cylindriques engagées d'autres part. Le portail occidental, avec pilastres et fronton triangulaires, est nettement Renaissance. La chapelle est couverte d'une charpente aux entraits décorés de têtes de crocodiles et aux sablières finement sculptées de scènes et d'animaux : un porc jouant du biniou et un autre de la bombarde, un ivrogne accroupi, un personnage dans une posture indécente, etc… Un beau Christ en croix, du XVIème siècle, a été transporté sur une croix nouvelle (XIXème siècle) dressée devant le portail occidental. Des ex-voto (trois-mâts, forban, ..) datent du XIXème siècle. Les statues de saint Cornély, de saint Pierre, de saint Mathurin et saint Pascal datent du XVIII-XIXème siècle. Dans le choeur de la chapelle, on peut voir aussi deux ex-voto qui datent du XIXème siècle ;

la chapelle seigneuriale Sainte Avoye (1554-1560). La première pierre de cette chapelle, située au bord du Sal, fut posée en septembre 1554. La charpente du chœur fut commencée le 10 juin 1557 et celle de la nef le 10 janvier 1560. Une inscription sur les sablières du chœur indique "Le jour de la Croix, en septembre 1554, fut asise la premierre pierre de ceste chapelle Madame Sainte Avoie, et fut assise la premiere piecze de boays le 10e jour de juin 1557. Et fut miseur Missire Yves Le Thominec, curé te ceste paroesse ; Pierre Blanchart fust maîstre maczon, de Henri Le Mailleur fut maistre charpentier". De plan rectangulaire, d'une belle ornementation Renaissance, l'édifice ne fut jamais entièrement achevé. Le porche occidental a été interrompu à la naissance des voûtes. La tour carrée élevée sur le portail occidental, épaulée par de puissants contreforts, a été détruite par la foudre en 1727 et remplacée par une cage en charpente surmontée d'un clocheton. Une tourelle cylindrique, percée d'étroites fenêtres, renferme l'escalier qui montait à la tour. Au Sud, une tourelle analogue, mais moins élevée, conduit au jubé. Le portail est divisé en deux baies en anse de panier par un trumeau chargé d'un cul-de-lampe, soutenu par une colonnette engagée, et d'un dais sans statue. Le chœur, partie la plus ancienne de l'édifice, avait une fenêtre, aujourd'hui bouchée, à réseau flamboyant, et tout le reste est de style Renaissance. A la porte Sud, se trouve un blason aux armes des Lestrelin. La charpente à sablières et entraits sculptés, remarquable par sa légèreté, est l'œuvre du maître charpentier Henri Le Meilleur (ou Mailleur). On peut voir à l'intérieur un jubé daté de 1554 et restauré vers 1980, qui présente au recto les douze apôtres et, au verso, les Vertus et divers personnages. Il est l'œuvre d'O. Bizeul, dont le nom se lit sur un philactère tenu par un ange. On remarque dans la nef une pierre creusée dite "bateau Sainte-Avoye". De part et d'autre de l'autel se trouvent sainte Avoye et Notre-Dame. Il y a dans cette chapelle une grosse pierre creuse, dans laquelle on asseyait autrefois les enfants afin de leur donner des forces (il s'agit, d'après la légende, de l'auge avec laquelle sainte Avoye aurait traversé la mer, en venant d'Irlande)[Cayot-Deslandres, Le Morbihan, p. 180] ;

le château de Kerdréan (XIIIème siècle), restauré au XVème siècle. La seigneurie de Kerdréan appartenait autrefois à la famille Muzillac. Il est la propriété de l'évêque de Vannes (Yves de Pontsal) en 1427. On y trouve des tours, tourelles, meurtrières et un corps de garde. La chapelle est restaurée au XVème et XIXème siècles. La demeure a été aménagée de nos jours en hôtel ;

le château de Kervilio. Propriété successive de la famille Jouhannic (en 1713), du marquis d'Héricourt (en 1820), et du vicomte Bertrand de Noüe.

le manoir du Rocher, propriété de la famille Depinay ;

le pont (1835-1840 et 1907). Le pont, édifié par l'ingénieur Laurent vers 1835-1840, a été remanié en 1869-1870. Il a subi de nombreuses réparations entre 1859 et 1863. Travée suspendue (68m22), Tirant d'air (7m), Deux travées fixes (13m80 et 13m93). La longueur totale est de 95m95 ;

le moulin à marée de Kervilio (1455) ;

A signaler aussi :

le dolmen de Kernourz (époque néolithique) ;

les sépultures ou tombelles de Kernourz (âge du fer). Il s'agit d'une demi-douzaine de sépultures circulaires situées près du dolmen ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE du BONO

A la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Vannes du 8 septembre 1464 et du 4 septembre 1481, on comptabilise la présence d'aucun noble de Le Bono. Le Bono dépendait autrefois de Plougoumelen.

© Copyright - Tous droits réservés.