Web Internet de Voyage Vacances Rencontre Patrimoine Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Bienvenue chez les Goulainais

BASSE-GOULAINE

  Retour page d'accueil         Retour Canton de Vertou-Vignoble  

La commune de Basse-Goulaine (pucenoire.gif (870 octets) Goueled-Goulen) est chef lieu de canton. Basse-Goulaine dépend de l'arrondissement de Nantes, du département de Loire-Atlantique. 

Vous possédez des informations historiques sur Basse-Goulaine, vous souhaitez les mettre sur le site infobretagne, contactez-moi par mail (voir page d'accueil)

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

Boutique de Voyage Vacances Rencontre Immobilier Hôtel Commerce en Bretagne

ETYMOLOGIE et HISTOIRE de BASSE-GOULAINE

Basse-Goulaine vient de la rivière la Goulaine et de sa position topographique.

La paroisse de Goulaine est fondée au XIIème siècle. Il est fait mention de Basse-Goulaine en 1123, dans une charte par laquelle Conan le Gros confirme l'église de Nantes dans la possession de cette paroisse. Jehan Goulaine est gouverneur de la ville de Nantes en 1190. 

Ce n'est qu'à partir de 1287 que l'on distingue les deux paroisses de Goulaine (Basse-Goulaine et Haute-Goulaine). Celle de Basse-Goulaine, Saint-Brice, dépend alors du doyenné de Clisson et a pour autorité l'évêque de Nantes. Basse-Goulaine dépendait jadis des seigneurs de Clisson, propriétaire de l'Epine-Gaudin (en La Chapelle-Basse-Mer), qui fut l'un des sièges du marquisat des Goulaines et des Montmorency. Ce territoire est vendu en 1594 à Gabriel de Goulaine, époux de Marguerite de Bretagne. 

Note 1 : Mathurin Jauneau est le nom du maître qui tenait l'école de ce bourg en 1783 (Archives départementales, E). 

Note 2 : liste non exhaustive des maires de la commune de Basse-Goulaine : Lyrot de la Trêperie, Louis de Bourgues (jusqu'en 1809), François Brillard, Péllerin Chauveau (secondé par Desagneaux et Charles Le Sant), François Allard (à partir de 1846), Biteau, Pélerin Chauveau (1865-1870), François Maura (1870-1874), Stanislas de La Laurencie (1874-1875), Pierre Godefroy (en 1876), Julien Biteau (1877-1887), Jules Aveniez (1887-1896), Alexandre Viot (1904-1912), Alfred Maura, de Bérulle, Louis Edelin (jusqu'en 1971), Hardy, ...

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

PATRIMOINE de BASSE-GOULAINE

l'église Saint-Brice (1878). L'église primitive, datée du XIV-XVème siècle et démolie en 1880, était jadis située près du manoir de La Tréperie. L'église a été reconstruite entre 1872 et 1877 ("une souscription faite en 1873 donna 11 000 francs dont 5 000 francs pour la veuve Hersart du Buron ; 1 000 francs par les du Boisguehéneuc et Leroy de la Trocherdais, demeurant à la Champagnière ; 500 francs par les Sabry de Monpoly (Onchères) ; 1 250 francs par les Busson-Billault. Le reste par les Gaudin, Edelin, Guyard, notaire à Basse-Goulaine ..." - tiré des Annales du pays nantais - 1972). En 1879 on élève le clocher. La statue de la "Vierge à l'Enfant", en bois polychrome, date du XVème siècle. Le sire de Goulaine avait les droits de « prééminences, supériorité et fondation, lisière, banc et enfeu », en la paroisse de Basse-Goulaine « tant en l'église qu'en la chapelle Saint-Michel bastie dans le second cimetière ».  Le transfert du cimetière a lieu en 1842 ;

la chapelle Saint-Michel (XVIème siècle), située au n° 50 rue Buisson-Billault. Au temps de Louis de Bourgues, maire, on enterrait autour de l'église et de la chapelle Saint-Michel ;

le château des Grézillières (1855). Terre des Bourgault-Ducoudray dont les héritiers furent le ministre Adolphe Billault, les Busson-Billault, de Bérulle et de Bertier. Propriété de Guillaume Henri Ducoudray-Bourgault (avant 1854), puis d'Adolphe Billault, ancien ministre sous le Second Empire (en 1854). Le château actuel est édifié sur les plans de Chenantais par Adolphe Billault en 1855 ;

la maison (XVIII-XIXème siècle), située au n° 7, place de La Rivière ;

le manoir des Onchères (XVIII-XIXème siècle). Propriété jadis de Claude Julien Dorion de La Cossonnière, puis de la famille Sabry de Monpoly ;

le manoir de la Tréperie (XIXème siècle). Cette seigneurie dépendait autrefois de la châtellenie de Goulaine. On y voit encore les traces des douves d'un ancien château. Propriété des familles de Chasné et Lyrot du Châtellier. A noter qu'en vertu du testament du 5 août 1841, Félix de Langlais et son épouse Fanny, née Peltier, héritent de leur cousin (côté Langlais) Cyprien de Chambellé d'un bien, la Treprie en Basse-Goulaine, près de Nantes ;

le manoir de la Chesnaie (XIXème siècle). Propriété de la famille Debourgues au XVIIIème et XIXème siècles. Famille d'hommes de loi, ils furent fonctionnaires des seigneuries de Haute-Goulaine, de Rezé, de La Maillardière ;

le manoir de la Prétière (XIXème siècle). Propriété des familles l'Estourbeillon puis Donnet ou Donnetz vers 1795 ;

les moulins à vent de l'Ile Chaland, de la Tréperie, Robert, Legrand, de la Grillonais, des Vignes, Le Bois-Brûlé ;

A signaler aussi :

la pierre (époque néolithique), située rue des Touzelles ;

l'ancien logie de La Herdrie. Propriété de la famille Hochedé de Saint-Pern. En 1767, meurt dame Hochedé, veuve de messire Bertrand de Saint-Pern. Après la Révolution, le domaine appartient à la famille Pincson du Sel des Monts ;

l'ancien logis de Launay-Brruneau. Propriété de la familles Plumard de Rieux. En 1768, naît Pierre Plumard de Rieux, fils de Justin Plumard de Rieux et de Françoise Le Roy de Saint-Malo ; 

l'ancien logis des Rouleaux. Propriété de la famille Mélient ;

l'ancien logis de l'Ile Chaland. Propriété de la famille Burot de Lisle ;

l'ancien logis de La Champagnère. Propriété de la famille du Boisguéhéneuc (alliée à la famille Leroy de La Trochardais) ;

l'ancien logis de La Noë. Propriété des familles Compludo et de Ruys au XVIIème siècle ; 

l'ancien logis de La Ravelonnière. Propriété des familles Guilloré et Pellée de Quéral ;

l'ancien logis de La Grillonnais. Propriété successive des familles Espinose, Guilloré de Kerrobert qui ont leur enfeu dans la chapelle, puis de la famille de Laurencie (alliée aux Rousselot de Saint-Céran) ;

Bretagne : Histoire, Voyage, Vacances, Location, Hôtel et Patrimoine Immobilier

ANCIENNE NOBLESSE de BASSE-GOULAINE

Il y avait à l'origine deux seigneuries de Goulaine, qualifiées l'une et l'autre de châtellenie : Goulaine en la paroisse de Haute-Goulaine était le berceau de la famille de ce nom ; — Goulaine en la paroisse de Basse-Goulaine appartenait anciennement aux sires de Clisson et fut confisquée par Jean V sur Olivier de Blois et Marguerite de Clisson sa mère ; plus tard cette seigneurie fut acquise par les sires de Goulaine et annexée à leur châtellenie de même nom (Dictionnaire des terres nobles du comté nantais).

(à compléter)

© Copyright - Tous droits réservés.